Blessures du coureur : Syndrome de la bandelette ilio-tibiale et syndrome rotulien

blessures du coureur

Dans le domaine du sport, on assiste à plusieurs sortes de blessures du coureur. Le syndrome de la bandelette ilio-tibiale et le syndrome rotulien sont des pathologies du genou auxquelles le coureur à pied doit faire attention.

En fait, elles peuvent mettre un frein à son activité sportive sur une longue période. Détails utiles sur ces blessures. 

Blessures du coureur : le syndrome de la bandelette ilio-tibiale

Appelée également syndrome de l’essuie-glace, cette affection qui fait souffrir le coureur à pied est aussi considérée par les médecins comme une tendinite du genou. On parle de syndrome d’essuie-glace, car au cours de la marche, le muscle tenseur du fascia lata se conduit comme un essuie-glace en se déplaçant d’avant en arrière.

L’irritation douloureuse qui apparaît au niveau de cette région du pied est tout simplement le syndrome de la bandelette ilio-tibiale. Les sportifs les plus concernés par ce syndrome sont les coureurs à pied et les adeptes de la marche (descente en montagne).

Comment le médecin diagnostique le syndrome ?

La tendinite du tenseur du fascia lata se manifeste par une douleur que le coureur à pied ressent dans la zone du compartiment externe du genou. Cette douleur peut se propager au niveau de la cuisse.

Mais, on ne peut pas donner de diagnostic en se basant sur la douleur ressentie. Pour un diagnostic fiable, le médecin a besoin de faire des tests. Il existe deux tests pour l’établissement du diagnostic.

Il s’agit du test de Renne et de test de Noble. Le médecin peut aussi faire appel des examens afin d’établir un diagnostic fiable. Radiographie, IRM, échographie…

Voilà des examens compléments que le médecin peut pratiquer chez le patient. Par exemple, grâce à la radiographie, on parvient à écarter toute idée de fracture de fatigue.

douleur au genou

Attention à la moindre douleur à votre genou.
© Fotolia

Blessures du coureur : le traitement en cas de syndrome de l’essuie-glace

Il peut s’agir d’un traitement à base de médicament, d’une rééducation, d’une application patch anti-inflammatoire, etc.

Les médicaments prescrits dans le traitement du syndrome de la bandelette ilio-tibiale sont surtout les anti-inflammatoires et les antalgiques. Ils aident à soulager les douleurs.

On peut encore appliquer localement des pommades ou des patchs anti-inflammatoires pour le même objectif.

La rééducation utilise les massages et les étirements. On associe à ces pratiques la physiothérapie par ultrasons ou bien du courant antalgique.

Bien sûr, un traitement chirurgical peut être envisagé par le spécialiste. C’est le cas quand tous les traitements médicaux employés demeurent inefficaces.

Dans ces conditions, le chirurgien durant une intervention chirurgicale sectionne des fibres postérieures de la bandelette. Cette section de fibre se pratique dans la région soumise au frottement. Après un temps de repos de 3 mois, le coureur à pied peut reprendre son activité.

Quand reprendre la course à pied ?

Lorsque le coureur à pied ne ressent plus les douleurs, il peut reprendre son activité sportive. Notamment si le sportif ne ressent aucune douleur lors de ses étirements. Cependant, évitez de reprendre le sport de façon brutale. La reprise se fera de manière progressive.

Blessures du coureur : le syndrome rotulien chez le coureur à pied

Tendinite d’Achille, entorse de la cheville, syndrome de la bandelette ilio-tibiale… Voici toute une panoplie de maux qui peuvent survenir chez le coureur à pied.

Parmi ces blessures, le syndrome rotulien est une blessure fréquente. Il est dû à une inflammation dans la région de la rotule. On parle aussi de syndrome fémoro-rotulien. Le syndrome rotulien peut se manifester de plusieurs manières.

Par exemple, elle peut débuter par une douleur aigüe dans la zone de la rotule au réveil. D’autres ressentent plutôt des élancements dès l’entame de la course. Si le coureur à pied ne fait pas attention, les douleurs peuvent s’aggraver.

À quel moment apparaissent les symptômes ?

Au moment d’un choc. Il faut savoir que ce choc peut se produire directement sur la partie antérieure de la rotule. Les signes physiques ressentis par le coureur à pied sont une douleur à la percussion de la rotule, une douleur à la palpation et autres.

Les sportifs les plus touchés par le syndrome rotulien sont les personnes pratiquant la randonnée en montagne.

mal genou course à pied

Mal genou et course à pied : attention si vous faites du trail !
© Adobe Stock

Le traitement qu’il faut en cas de syndrome rotulien

On fera appel à une cryothérapie locale afin de soulager les douleurs. Le sujet souffrant du syndrome rotulien peut d’emblée appliquer de la glace sur la région traumatisée.

La kinésithérapie peut aider à la récupération. Le port d’une genouillère s’avère nécessaire pour éviter mouvements indésirables. Évitez surtout les facteurs aggravants tels que : les pieds plats en pronation, des genoux vers l’extérieur, etc. Tant que les douleurs persisteront, le coureur à pied ne fera pas d’entraînement.

Le médecin peut proposer des médicaments, une genouillère, des semelles orthopédiques ou une rééducation. La prescription de médicaments vise à renforcer le cartilage traumatisé. La prise d’anti-inflammatoire est également recommandée.

Vous désirez en savoir plus sur le mal genou ? Consultez aussi cet article du site !

Blessures du coureur : prévention du syndrome de l’essuie-glace et rotulien

La prévention est nécessaire pour éviter des surprises désagréables. La prévention vise à s’entourer de tous les éléments aidant limiter les risques. Par exemple, l’utilisation d’un bâton de randonnée chez les alpinistes.

Chez les coureurs à pied, on fera la priorité à des chaussures de courses adéquates.

Chaussures idéales pour la course à pied

Tout coureur à pied qui veut prévenir des désagréments de la course est obligé de porter des chaussures qui conviennent pour courir.

La qualité de l’amorti d’une chaussure de course dépend de l’épaisseur de la semelle. De plus, votre poids fait partie des critères de choix. Préférez des chaussures qui enveloppent bien les chevilles.

On choisira une chaussure qui correspond à sa pointure. Pour un choix sans prise de tête, lisez bien les descriptions des produits, surtout quand vous achetez sur Internet.

Choisissez également en fonction de votre type de foulée, la fréquence d’entraînement et le type de terrain.

Il faut retenir que la qualité d’une bonne chaussure pour courir repose sur son amorti et sa stabilité. Une pareille chaussure évite les chocs responsables du syndrome de la bandelette ilio-tibiale et du syndrome rotulien.

Avez-vous déjà eu une de ces deux blessures du coureur ? Partagez votre expérience dans les commentaires ci-dessous.

Si cet article sur deux blessures du coureur vous a plu, partagez-le sur Facebook, Twitter ou Google+

About the Author Jean Marc

Coureur et trailer avec une expérience de plus 25 ans d'expérience. Entraineur FFA 1er niveau et Triathlon BF5. TC du BEES. Formation de base nutrition certifiée CPD. Nous souhaitons vous aider à progresser en course à pied, à franchir un cap et à ressentir les bienfaits de cette pratique sportive.

Leave a Comment:

Total