Test chaussures Vibram Fivefingers Spyridon

Cet article vous présente le test des chaussures Vibram Fivefingers Spyridon.

Vous y trouverez notre vidéo, la fiche technique, des photos et mes commentaires sur ce produit.

Voilà plus d’un an que je possède cette paire de Vibram Fivefingers. Votre première réaction va être de vous dire : mais pourquoi aussi longtemps ?

Pour une raison simple, j’ai débuté et même découvert la pratique du minimalisme avec deux paires « pures » , dont ces dernières pour les chemins et trail.

Je ne voulais pas donner mes impressions alors que je commençais juste.

Un an après, même si je ne pense pas encore avoir la foulée médio-pied, j’ai plus d’expérience avec ce genre de chaussures.

Vibram Fivefingers : notre vidéo

La fiche technique

Type de pied : Toute foulée
Usage : Entraînement/Compétition
Surface : Trail
Poids du coureur : tout poids
Poids de la chaussure : 220 grammes
Drop : 0 mm
Semelle intérieure: Polyuréthane de 3mm antibactérienne
Tissu: Polyester respirable et résistant

Elles possèdent une semelle extérieure Vibram XS Trek avec des renforts aux orteils.
Son épaisseur est de 3,5 mm.

La semelle intermédiaire est composée en Nylon Mesh

Les lacets bénéficient de la technologie Speed Lace, c’est à dure qu’ils sont à serrage rapide avec un bouton pression.

La Chaussure Vibram Fivefingers Spyridon propose une empeigne respirante et souple.

Attention à ceux qui ont le pied grec, il y a une possibilité que la chaussure ne convienne pas.

Son usage est prévu pour le trail sur des terrains irréguliers et rocailleux.

Son prix moyen constaté est de 140 euros.

Vous trouverez un article de présentation pour ces chaussres sur ce site : suivez le guide !

Vibram Fivefingers Spyridon : le test

Comme je l’ai dit plus haut, je possède cette paire depuis plus d’un an. C’est à l’occasion d’une visite au running expo de Paris en avril 2014 que je m’étais laissé tenter par Benoit, gérant de la société Chronofocus.

Vous retrouverez d’ailleurs sur ce site un interview où l’on revient sur l’utilisation des chaussures minimalistes : le concept, les précautions à prendre, la transition, présentation de deux marques (Vivobarefoot et Vibram Fivefingers). Pour voir cet interview, cliquez ici !

J’ai donc traversé plusieurs saisons avec ces chaussures et elles auront tout connu : pluie, boue, chemins côtiers, terrains secs…

Côté entrainement, j’aurais pratiqué tous les types d’entrainements : endurance (jusqu’à 1 h 30), seuil, travails VMA, côtes…

L’enfilage

C’est la première épreuve.

Et ce n’est pas chose aisée, surtout les premières fois. Après cela va mieux, mais c’est certain que vous ne les mettrez pas aussi vite qu’une paire classique.

Ceci n’est pas gênant, sauf si par exemple, vous comptez faire des transitions durant un triathlon vert, vous devrez sérieusement vous entrainer à les enfiler le plus rapidement possible. Moi, j’ai abandonné toute tentative de record.

Vibram Fivefingers : la sensation pieds nus

Bien sûr, vous n’êtes pas à « poil ». Mais vous ressentirez de suite cet effet-là.

Vous êtes près du sol, vous sentez la surface dure en dessous, vos doigts de pied ont une liberté de mouvement.

Bref, c’est comme si vous marchez pieds nus.

Et le confort ?

Je m’y suis senti vraiment bien dedans. Comme des chaussons. Et même lorsque je cours avec, même lorsque cela dure un bon moment, ce confort ne bouge pas.

J’ai utilisé des chaussettes, mais j’ai fait aussi des sessions sans chaussette,

Vibram Fivefingers : l’amorti

C’est bien simple, il n’y en a pas.

Aucune technologie n’est présente.

Que cela soit pour l’amorti ou d’ailleurs pour les autres : maintien du pied, contrôle de la pronation, aide au rebond, etc…

Vous pouvez tout oublier.

Et cela change tout.

D’un côté, vous allez devoir modifier votre foulée (la raccourcir par exemple) et surtout, éviter de trop taper fort au moment des impacts.

Vous pouvez voir que la conception est minimaliste par rapport aux chaussures classiques. © Testeurs Outdoor

Vous pouvez voir que la conception est minimaliste par rapport aux chaussures classiques.
© Testeurs Outdoor

Sur la route ?

J’ai toujours une petite portion de route pour rejoindre les chemins côtiers.

Avec sa légèreté, ces chaussures Vibram Fivefingers se débrouillent parfaitement bien en terme de réactivité, de dynamisme.

Elles se débrouillent bien mieux que de nombreuses chaussures de trail qui deviennent lourdes et « patos » lorsqu’elles sont sur le macadam.

Vive les chemins !

Ahhhh, une fois arrivé sur les chemins, je sens comme une délivrance et une joie de courir m’envahit.

Cela me l’a fait la première fois, mais aussi les suivantes.

C’est clairement son terrain de jeu préféré.

Déjà, les sols sont moins durs que le macadam. Je vais dire que cela fera aussi d’amorti naturel.

Mais surtout, vous sentez le sol. Vous sentez si vous êtes sur de l’herbe, des rochers, sur de la terre battue, des feuilles, du bois mort, de la neige, du sable…

C’est difficile pour moi de retranscrire ces sensations, mais en gros, vous redécouvrez la nature et vos chemins.

L’eau ? Même pas peur !

C’était une de mes appréhensions. Comment cela allait se passer lorsque les chemins sont boueux, qu’il faut traverser des passages très humides.

Alors pour vous, j’ai testé avec et sans chaussette.

Comme je ne suis pas fou, j’ai commencé avec.

Et je fus surpris, bien sûr, lorsque vous mettez les pieds dans les flaques, vous sentez immédiatement que vous avez mis les pieds dans l’eau.

Mais vous ne ressentez pas le froid, l’eau peut paraitre même étrangement tiède.

Je ne suis pas un scientifique, je pense que cela est certainement dû aux mouvements naturels de vos pieds : ils travaillent plus dans ce genre de chaussures et du coup, ont une activité supérieure.

Sans chaussette, l’effet est le même. Je peux vous dire que maintenant, je n’évite plus les flaques. J’y vais même gaiement dedans !

Je vous le dis, vous pouvez foncer dans la boue et les flaques avec ces chaussures Fivefingers. © Testeurs Outdoor

Je vous le dis, vous pouvez foncer dans la boue et les flaques avec ces chaussures Fivefingers.
© Testeurs Outdoor

Vibram Fivefingers : l’accroche

Elles se débrouillent très bien.

Pourtant, on ne peut pas dire que les crampons soient énormes, mais avec des pieds libres très près du sol, vous accrochez facilement, même lorsque la pente devient plus présente.

Un petit bémol pour moi : les roches humides. Sur ces surfaces-là, ça glisse un peu, l’adhérence n’est pas totale.

Le maintien

Le maintien du pied est excellent.

Vous n’aurez pas les chevilles qui vont partir à droite ou à gauche (à moins de mettre le pied dans un trou) et les pieds ne glissent pas dans les chaussures.

Ceci est dû à la hauteur des chaussures qui est nulle.

Du coup, votre pied est stable et ne bouge pratiquement pas, quels que soient les irrégularités du terrain.

Les lacets

En matière de laçage rapide, j’ai ma propre référence de comparaison : les lacets Salomon.

Ils sont souvent imités, mais rarement égalés.

Pour ces chaussures Vibram Fivefingers Spyridon, je suis vraiment très satisfait sur ce point.

Et pourtant, je suis très tatillon là dessus, car j’estime qu’au prix de vente de ces chaussures, ce n’est pas normal d’avoir des lacets qui se défont dès les premières gouttes de pluie ou bien qu’ils ne tiennent pas en place plus d’1 heure.

Bref, je vous rassure, cela ne vous arrivera pas ici. Ils tiennent bien en place, résistent aux intempéries, ne se desserrent pas dans la durée, maintiennent parfaitement le pied.

Vibram Fivefingers : dure au mal ?

Quand je regarde ces chaussures Vibram Fivefingers, je me dis : « houla, le mesh et le tissu ont l’air un peu fragiles ».

En fait, il en est rien. Vous pouvez le torturer dans tous les sens, il ne bouge pas.

En ce qui concerne la semelle extérieure Vibram, on est déjà rassuré parce que c’est Vibram.

Et la marque confirme sa réputation en terme de solidité et de durabilité. Les crampons résistent bien à l’abrasion, je n’ai pas constaté d’usure prématurée.

Ces semelles Vibram Fivefingers Spyridon vous apporteront de la protection sur les chemins. © Testeurs-Outdoor

Ces semelles Vibram Fivefingers Spyridon vous apporteront de la protection sur les chemins.
© Testeurs-Outdoor

Les protections et les renforts jouent pleinement leurs rôles.

Seul petit hic : les cailloux pointus.

Oh je vous rassure, cela ne va pas transpercer la chaussure et vous ne vous blesserez pas avec. Mais vous sentirez passer cette pointe, ce qui est toujours un peu désagréable.

Mon avis final

C’est vraiment une très bonne chaussure. J’aime bien les sensations nouvelles qu’elles procurent.
Le confort est là (en faisant abstraction de l’amorti), vous aurez envie de jouer avec le relief de vos chemins préférés.

Néanmoins, vous devez être prudent avec, dans la progression, si vous êtes débutant dans la pratique du minimalisme total.

Car si de nombreuses marques proposent aussi une approche de cette technique de course (Altra, Raidlight…), mais avec un peu d’amorti ou de renfort au niveau des couches des semelles, cela sera une expérience totalement différente avec ces chaussures Vibram Fivefingers Spyridon.

Il vous faudra donc suivre une certaine progression, et ne pas partir sur de longues virées dès les premières fois, vous risquerez alors de vous blesser.

Connaissez-vous ces chaussures Vibram Fivefingers ?

Partagez votre expérience si vous avez déjà couru avec des chaussures Vibram Fivefingers.

Si cet article sur le test des chaussures Vibram Fivefingers vous a plu, partagez-le sur Facebook, Twitter ou Google+

Bon run

Jean-Marc, Préparateur Mental, Conseiller Running & Nutrition

Quel type de coureur à pied es-tu ?

Fais le test et découvre ton profil de runner

Quelles sont tes chances de progresser

et de devenir un meilleur runner ?

Réponds aux questions du QUIZZ pour le savoir :

Tu peux aussi recevoir 1 guide GRATUIT avec 1 conseil par jour en cliquant sur l’image ci-dessous :

Clique si tu recherches la performance et comment améliorer tes chronos…

UNIQUEMENT pour qui veut booster ses capacités de coureur !

tête mascotte

1 guide running offert + 1 email par jour...

Pourquoi T’ENTRAINER
ET COURIR PLUS
n'est PAS le meilleur moyen de progresser...

Et comment rendre tes entrainements bien plus efficaces

sans refaire toujours les mêmes séances

semaine après semaine...

Please follow and like us:

About the Author Jean Marc

Coureur et trailer avec une expérience de plus 25 ans d'expérience. Entraineur FFA 1er niveau et Triathlon BF5. TC du BEES. Formation de base nutrition certifiée CPD. Nous souhaitons vous aider à progresser en course à pied, à franchir un cap et à ressentir les bienfaits de cette pratique sportive.

  • Hélène dit :

    Fan depuis longtemps des fives, tout a été dit!

  • imrama dit :

    J’ai des KSO trecksport que je malmène en trail forestier et boueux toute l’année (60 km par semaine avec d’autres chaussures minimalistes en alternance). C’est du solide ! Des super sensations. Elles passent à la machine à laver sans problème ! Tout de même prudence dans les descentes (déjà eu des orteils cassés) car à pleine vitesse il n’y pas droit à l’erreur d’appui avec si peu de protection !
    Mais j’hésite à passer aux spyridons… J’ai le pied fin et j’arrive à avoir un bon maintien avec les velcros et je ne sais pas si ça ira avec le laçage… Malheureusement, comme j’habite en cambrousse, pas de possibilité d’essayer avant d’acheter sur le net.

    • Jean Marc dit :

      Bonsoir Imrama,

      Merci pour ton retour. Il est vrai que lorsqu’on habite la campagne, il est difficile de tester avant d’acheter.
      Il y a aussi les salons running (comme à Paris) où en principe, toutes les marques sont là.
      A bientôt,

  • Blobby dit :

    Si, si, cette chaussure procure bien un peu d’amorti; il suffit de comparer avec des KSO Evo pour s’en rendre compte. Elles en ont même un peu plus que des Bikila Evo. Mais il faut quand même faire attention aux gros cailloux…

    Je trouve ces chaussures très bien, mais je ne trouve pas que le laçage et le maintien du coup de pied soient idéaux, surtout qu’elles sont un peu plus large que les Bikila Evo. Avec des chaussettes un peu plus épaisses, ça se passe bien (Injinji original weight), et finalement, ça correspond bien à l’objectif de ce modèle.

    • Jean Marc dit :

      Bonsoir Blobby,

      Merci pour ton commentaire. Quand je parle d’amorti, c’est surtout en comparaison avec des chaussures classiques ou certaines chaussures dites minimalistes comme Altra, où un amorti est bien plus présent.
      Après effectivement, j’ai entendur dire que les Bikila étaient encore plus fine…
      Et comme tu dis, attention aux gros cailloux et pointus 😉
      Bonne soirée,

  • DAYA dit :

    Je n’ai pas encore essaye’ le vibram.Je connais le vivo barefoot mais je prefere m’entrainer pied nus quand c’est possible, ou alors en running sandals que j’affectionne particulierement sur les trails dont le 17k Ferney Trail du weekend dernier.

    • Jean-Marc dit :

      Bonjour Daya,

      Pieds nus me parait irréalisable pour moi, félicitations !
      Par contre, je connais Vivo et Vibram 😉
      Les running sandals, tu les as achetés ou bien tu te les ai fabriqués ?
      A bientôt,

  • Serge dit :

    Je ne cours qu’avec ça, mais je suis un amateur qui ne dépasse pas souvent les 10km, par contre je cours 4 à 5 fois par semaine tous les jours et sur tous types de terrain.

    Tout ce que j’ai lu est exact. Les sensations sont géniales de légèreté. On a l’impression de voler. Je ne les conseille pas pour la course sur chemin caillouteux (montagne …).

    Quelques bémols :
    – ATTENTION aux cailloux, surtout sur le talon. Un appui fort sur un caillou pointu et ça peut être très douloureux, voire handicapant quelques jours
    – quand il y a un petit défaut dans la chaussure (je cours sans chaussette) la peau s’enflamme vite. utilisation de bande microporeuse obligatoire.
    – par temps froid (inférieur à 0°) et humide, attention. J’ai déjà passé 4h à réchauffer mes pieds après avoir couru dans les flaques gelées en plein hiver. Oui pas malin.

    Quant aux prix des chaussures, j’arrive à les avoir entre 60 et 80€ en les achetant en solde. Pas facile à trouver mais une fois qu’on connait sa taille, y’a pas de soucis. Attention avant d’acheter, il faut les essayer, pas moyen de jouer sur une épaisseur de chaussette. Ca va ou ça ne va pas.

  • >