Kalenji : Interview avec Guénolé Havard

 
 

Préambule : Interview avec Guénolé Havard

Il y a quelques temps, je me suis rendu à Paris à l’occasion d’une journée de présentation des nouvelles chaussures de running de la marque Kalenji. J’ai pu réaliser deux interviews dont celui çi avec Guénolé Havard, directeur international de l’offre Kalenji. Nous avons discuté de la présentation des nouveaux modèles running bien sûr, mais aussi de la politique commerciale, du fonctionnement interne et des valeurs de Kalenji.

Cet interview a été réalisé en direct live lors de la présentation, je m’excuse par avance pour le bruit de fond que vous pourrez entendre. Ceci est disponible au format MP4, MP3 (que vous pouvez télécharger et écouter où vous le désirez) et je propose ici une transcription texte de cet interview.
 

 

[powerpress « https://testeurs-outdoor.com/new/wp-content/uploads/kalenji-interview-guénolé-havard.mp3 »]  
Vous pouvez écouter ce podcast en live en cliquant sur le bouton Play en haut, ou télécharger le MP3 en cliquant sur Télécharger avec le clic droit de votre souris puis  » enregistrer le lien sous «  . Vous pouvez également le télécharger sur iTunes.
 

La retranscription texte de l’interview

Jean-Marc : Bonjour Guénolé. Je te remercie de me recevoir dans les studios Kalenji pour la présentation des nouveaux modèles de chaussures. Est-ce que tu peux d’abord te présenter aux lecteurs et auditeurs du blog ?

Guénolé Havard : Bonjour à tous. Merci de m’inviter. Guénolé Havard. Je suis directeur de l’offre pour la marque Kalenji. Je suis responsable de l’ensemble des chefs de produit de la marque.

Jean-Marc : L’ensemble c’est-à-dire chaussures de trail, chaussures de route ?

Guénolé Havard: Chaussures de trail, chaussures de route, textiles, accessoires. L’ensemble des produits vendus sous la marque Kalenji.

Jean-Marc : ça comprend aussi les chaussures d’athlétisme ou pas ? Les chaussures à pointes ?

Guénolé Havard : Exactement. Toutes les chaussures siglées, marquées Kalenji.

Les étapes de conception pour une chaussure de running

Jean-Marc : On va commencer par une 1ère question : comment est conçue une chaussure de route, de trail chez Kalenji ? Combien de temps ça prend ? Quelles sont les différentes étapes de la conception ?

Guénolé Havard  : Pour tous les produits, c’est vrai pour les chaussures, c’est vrai pour le textile, c’est vrai pour un accessoire, la 1ère étape qu’on appelle souvent l’étape 0, c’est l’observation de l’utilisateur. Le métier de chef de produit commence au contact des coureurs. C’est un métier de passion.

Ce sont des gens qui, vous l’avez vu tout à l’heure lors mon introduction à la conférence de presse, sont vraiment des passionnés. La phase 0 c’est déterminer les besoins, les besoins fonctionnels, de quoi a besoin le traileur qui fait une course de 50 km, et aussi de quoi a besoin la personne qui se met à courir pour perdre du poids, et après quels sont ses besoins, quelles sont ses contraintes ?

De toute cette phase d’observation il y a ensuite un travail de synthèse pour définir des promesses produits, des bénéfices qu’on va retrouver dans le produit. Le chef de produit rédige ce qu’on appelle un brief, un cahier des charges, qu’il va présenter à un ingénieur, à un designer, à un modéliste si c’est du textile. À partir de ce brief, ils vont commencer à réaliser des prototypes, ouvrir des looks pour les chaussures, choisir la bonne géométrie de semelle, choisir les bons composants qui vont correspondre aux besoins des utilisateurs, le meilleur amorti, la meilleure accroche. Il y a une phase de développement des prototypes.

Il y a une phase de conception et de développement qui est réalisée. Ensuite les produits sont testés. Là c’est très important. On parlait de nos partenaires techniques. Thierry, qui est un chef de produit, est un partenaire particulier parce qu’il est chef de produit à temps complet, participe activement à cette phase-là, cette phase de test, d’ajustement des prototypes.

Thierry Breuil, chef de produit, présente les chaussures trail

Thierry Breuil, chef de produit, présente les chaussures trail

Jean-Marc : Les tests ne sont effectués que par le staff de Kalenjji ? Ça peut être un coureur lambda qui peut être tiré au sort et essayer les chaussures ?

Guénolé Havard  : On n’utilise pas le tirage au sort. Ça pourrait être une méthode. Les tests de prototypes sont bien réalisés par un panel de coureur qui est représentatif de la cible visée. Ce sont des coureurs qui pour la plupart ne font pas partie —. On est une marque de 75 personnes qui courent. Nous aussi on participe à ces tests, mais les prototypes sont bien validés avec un panel de testeurs qui est représentatif.

Jean-Marc : C’est obligatoire d’être coureur pour postuler chez Kalenji ?

Guénolé Havard : C’est impératif d’être passionné de course à pied. Oui, tout le monde court. Il n’y a pas besoin d’être champion du monde. C’est très important. À chacun son rythme, c’est vraiment la base de la marque, mais c’est rendre accessible le plaisir de la course à pied. Chacun son niveau, mais oui tout le monde court. Il y en a qui courent 100 km, 2 km, mais tout le monde fait de la course à pied.
 

La politique de prix bas

Jean-Marc : Kalenji a toujours eu une politique de prix bas. D’où vient cette philosophie ? Comment est née cette philosophie-là ?

Guénolé Havard : La source de la marque Kalenji c’est rendre accessible le plaisir de la course à pied, durablement, à chacun. On doit le rendre accessible et diffuser au maximum ces produits. Comme je le disais tout à l’heure, tout est centré sur le besoin de l’utilisateur. Dans chacun de nos métiers, on essaye d’éliminer tout ce qui n’est pas directement utile au client et à l’utilisateur, ce qui explique qu’on peut baisser les coûts pour baisser les prix.

Jean-Marc : Qu’est-ce que par exemple vous enlevez pour diminuer les prix ? Qu’est-ce que vous jugez, qui n’est pas utile ? C’est la distribution ? Le packaging ? La publicité ?

Guénolé Havard : C’est vrai à plusieurs étages. Ce qui est important c’est que dans le produit on n’enlève rien. Tout est mis sur l’usage. C’est très très important parce que les composants sont sélectionnés avec soin, avec la plus grande attention.

Par contre, dans l’ensemble des différents services, des différentes fonctions, on s’attache à ne pas avoir la même politique de communication que les autres, c’est-à-dire que nos partenaires techniques sont de très bons coureurs, mais ils nous aident à développer nos produits. Ils sont complètement intégrés dans cette phase de conception. On a aussi la chance d’être dans un groupe — avec un distributeur que tout le monde connait bien qui s’appelle Décathlon, on a une distribution très intégrée qui nous permet de diminuer très fortement les coûts.

Kapteren XT4 : le nouveau modèle trail pour les hommes.

Kapteren XT4 : le nouveau modèle trail pour les hommes.

Jean-Marc : D’accord. On va parler des chaussures de running. Les prix s’envolent. On voit des chaussures qui atteignent 200 €, en moyenne 160-170 €. Ça fait très cher pour un sport comme la course à pied. Ce n’est pas du tout la politique de Kalenji. Est-ce que cela vous oblige à tirer les prix vers le haut pour être dans une certaine gamme de prix ou au contraire vous vous en fichez royalement de cette gamme de prix ?

Guénolé Havard : Il faudra poser la question aux autres de pourquoi il faut augmenter les prix. Je ne positionne pas mon offre par rapport aux autres. Je la considère par rapport à l’usage et par rapport à la fonction. Ensuite, nos prix ont plutôt tendance à baisser. Notre nouvelle gamme Kiprun, c’est le cas de la MD particulièrement, on va perdre 10 €. Nous, à chaque fois qu’on pourra rendre la valeur vers une accessibilité à l’utilisateur et au client, on le fera.

Jean-Marc : Est-ce qu’il y a une limite de prix que Kalenji se refusera de dépasser ? Un seuil où tu te dis « à ce prix-là on ne fait pas la chaussure. » ?

Guénolé Havard : Je ne résonne pas comme ça. Il n’y a pas de prix où je me dis qu’on n’ira pas. Ça dépend de l’usage, ça dépend de beaucoup de choses. Par contre le rapport entre la valeur et le prix, lui ça sera toujours le meilleur du marché. C’est vraiment très important.

Jean-Marc : On voit des chaussures minimalistes qui arrivent sur le marché. Kalenji pour l’instant ne s’est pas trop positionné là-dessus. Quel est votre ressenti par rapport à ce nouveau phénomène ?

Guénolé Havard : Un des socles de la marque Kalenji c’est la protection du coureur. Il ne vous aura pas échappé que dans la plupart des cas, les chaussures minimalistes se privent par exemple de la valeur d’amorti. C’est un choix de marque. Kalenji protègera toujours le coureur. On n’ira pas vers tout ce qui pourrait à un moment donné faire qu’on renonce à la protection du coureur.

Côté semelles externes, cette chaussure Kapteren XT4 a de gros crampons...

Côté semelles externes, cette chaussure Kapteren XT4 a de gros crampons…

Jean-Marc : Est-ce que, par exemple, cela peut induire une réduction du drop sur les futurs modèles de chaussures, sans aller forcément vers un minimalisme pur et dur à 0 ?

Guénolé Havard : Exactement. La Kapteren race qui est présentée ici a un drop réduit à 6 mm ou la chaussure Kiprun qui a un drop qui est passé de 12 à 10 mm. Effectivement, c’est quelque chose qu’on est en train d’étudier, mais en conservant la valeur de protection.

Jean-Marc : Avant de présenter les modèles, quels seraient vos 5 conseils pour bien choisir des chaussures de running ? Comment choisir une paire de running pour un coureur lambda ?
 

Des conseils pour bien choisir ses chaussures de running

GuénoléHavard  : Déjà c’est de bien déterminer l’usage pour lequel on va acheter la chaussure, à savoir la fréquence et la durée des sorties. Il va y avoir plusieurs gammes de produits possibles. Si je cours ½ heure une fois dans le mois, je n’ai pas besoin de la même paire de chaussures que si je prépare un trail de 60 km.

L’usage est très important. Ensuite, quand vous mettez des chaussures aux pieds… Une des 1ères valeurs qu’on doit développer c’est le confort. On doit être bien quand on met la chaussure. C’est très important. Ensuite c’est d’avoir la meilleure protection possible par rapport à son usage. Donc la valeur d’amorti est importante.

Si on est plutôt compétiteur, on va plutôt choisir des chaussures dynamiques. Il y a 2 segments forts. Un plutôt sur le bien-être avec des chaussures qui ont certes de l’amorti, mais qui ne vont certainement pas avoir de dynamisme très prononcé. Et un segment performance, où on va avoir pour des distances plus longues, des usages plus longs, un amorti adapté et une valeur de dynamisme un peu plus fort.
 

Présentation des nouvelles chaussures de running et trail

Jean-Marc : D’accord. Donc maintenant on va présenter les modèles.

Guénolé Havard : Il y a des modèles route, il y a la Kiprun MD et il y a les modèles trail également.

Jean-Marc : Nous voilà maintenant devant un des nouveaux modèles que tu vas nous présenter. Quelle est la particularité de la chaussure route ?

Guénolé Havard  : La Kiprun LD, LD pour longue distance, dans le segment performance de Kalenji qu’on appelle le Kiprun. C’est une chaussure conçue, développée pour les longues distances de type marathon, de façon très caractéristique. Elles intègrent un nouveau style d’amorti « caring » breveté sur l’ensemble de nos modèles Kiprun SD, LD, MD, donc un amorti adapté aux longues distances.

Voilà la chaussure de route Kiprun LD

Voilà la chaussure de route Kiprun LD

Une pièce de stabilité parce que quand on a tendance à allonger les distances, le corps a besoin d’une meilleure stabilité à l’appui, donc avec une pièce de TPU qu’on appelle Tbax qui est travaillée spécifiquement pour rigidifier le médio pied, donc avoir une très bonne stabilité.

Un modèle très équilibré sur lequel on a gagné en poids puisqu’il fait 330 g en version homme. Une chaussure qui correspond à toutes les coureuses, pour la version femme, qui se lancent plutôt dans la longue distance. Donc sur ce modèle de l’amorti, de la stabilité.

Jean-Marc : D’accord. Donc ce modèle-là est surtout réservé pour la longue distance. Est-ce qu’il y a un modèle comparable pour les distances un peu plus courtes ?

Guénolé Havard : Tout à fait. Comme je vous l’ai dit tout à l’heure, le segment Kiprun c’est SD pour short distance, distance courte, plutôt 10 km, avec beaucoup de dynamisme, toujours de l’amorti. La MD, middle distance qui est plutôt semi-marathon, où on va chercher le meilleur rapport entre l’amorti et le dynamisme. On bascule ensuite vers la LD. Des chaussures qui correspondent à l’ensemble des pratiques de la compétition aujourd’hui.

Vous pouvez voir sur ce présentoir l'ensemble des modèles route de la marque

Vous pouvez voir sur ce présentoir l’ensemble des modèles route de la marque

Jean-Marc : D’accord. Ça c’est le modèle trail ?

Guénolé Havard : ça c’est le modèle trail.
 

Questions des lecteurs

Jean-Marc : On va passer aux questions des lecteurs. Il y en a de pertinentes. Une question de Thierry : Est-ce que vous pouvez imaginer qu’un jour la marque Kalenji sera vendue en dehors du circuit Décathlon ? Est-ce que ce sera possible un jour ?

Guénolé Havard : Elle est déjà vendue en dehors de Décathlon puisque nous faisons partie du groupe Epsilon qui a plusieurs filiales de distribution. Décathlon est la plus connue et la plus importante. Il y a aussi Décathlon Easy qui est un autre format de Décathlon, qui est également distribué dans l’enseigne Déca qui est présente dans les centres-ville. On est diffusé exclusivement dans les filiales du groupe Oxylane. Etant lié à la stratégie du groupe Oxylane, pour le moment on est distribué qu’à travers sa filiale. Et sur internet évidemment.

Le modèle femme des chaussures de trail Kapteren XT4

Le modèle femme des chaussures de trail Kapteren XT4

Jean-Marc : J’ai une question aussi de Jourdain qui hésite à aller vers la marque Kalenji, notamment en ce qui concerne les chaussures de trail. Est-ce que les magasins organisent des sorties tests pour de futurs acheteurs potentiels ?

Guénolé Havard : ça, c’est la liberté locale de chaque magasin. Je sais que de plus en plus les magasins vont vers un test, c’est-à-dire faire essayer nos chaussures, ce qui me parait essentiel pour l’achat de chaussures. Par contre c’est bien une stratégie locale pour chaque magasin Décathlon.

Jean-Marc : D’accord. Dans chaque magasin il y a la possibilité de voir avec le directeur du magasin pour les gens.

Guénolé Havard : Tout à fait.

Jean-Marc : J’ai une autre question de Nicolas qui dit : Décathlon doit cultiver son image certes pour rattraper les ténors du running, mais l’image de Décathlon demeure celle d’un grossiste de fond de banlieue. Il dit d’abord « bien vu pour le recrutement de Thierry ». Pourtant il demande s’il n’y a pas une erreur de communication. Kalenji est souvent associé à la marque Décathlon, avec Queshua. On voit qu’il y a des modèles Queshua et des modèles Kalenji. Pour 99 % des gens, Kalenji et Queshua c’est Décathlon. Est-ce que ce n’est pas une erreur stratégique ?

Guénolé Havard : Il y a plusieurs choses dans la question. Sur la partie marque de distributeur, c’est un peu ce que veut dire Nicolas, ce qui est important c’est qu’Oxylane fonctionne avec des filiales de distribution, Décathlon en fait partie, et des filiales qui conçoivent les produits, ce qu’on appelle en démarcation, Kalenji en est une.

Ce n’est pas à proprement parler une marque de distributeur. On les distribue chez Décathlon. On a une image de marque très grand public. Nous sommes une marque très grand public qui se veut très grand public. Grand public ça veut dire balayer l’ensemble de la pratique de la course à pied, sur route, sur piste et en trail.

Le recrutement de Thierry est au contraire très pertinent parce que pour être une marque il faut évidemment être capable d’avoir les produits les plus accessibles pour les primo accédant, pour ceux qui vont commencer à courir, mais nous devons aussi être une marque préférée par nos utilisateurs les plus exigeants. Il ne vous aura pas échappé que de par son palmarès Thierry est un des utilisateurs les plus exigeants. Il a très bien compris comment, de cette exigence, transformer tous ses ressentis en bénéfices produits qui feront demain que nos gammes de produits seront pertinentes sur les entrées de gamme des primo accédant, mais dans toute la montée en gamme, jusqu’aux compétiteurs.

Jean-Marc : D’accord. On a parlé un petit peu de Queshua. On pourrait dire que c’est une marque concurrente, cousine de Kalenji parce que distribuée dans les magasins Décathlon aussi, mais c’est considéré comme une marque concurrente ?

Guénolé Havard : Je ne vais pas parler au nom de Queshua, c’est important. Queshua est une marque de montagne, qui est née de la montagne, qui développe toute une gamme de produits de randonnée, qui développe une gamme de chaussures de trail, ce qu’ils appellent eux le Raid Trail. Ce qui est important c’est que Kalenji doit proposer des produits pour l’ensemble des pratiques de la course à pied. Le trail est pour nous un marché majeur. Nous devons bien évidemment proposer les produits les plus pertinents pour l’utilisateur.

Jean-Marc : D’accord. J’avais une question d’Éric, mais vous y avez répondu, c’était : pourquoi Décathlon développe une gamme trail à la fois sous la marque Kalenji et sous la marque Queshua ? Vous avez donné la réponse précédemment. Donc on va passer à la question suivante : le développement des chaussures et équipement de trail semble bien avancé. Il y a toujours un temps certain avant de les trouver en rayon. Est-ce qu’il n’est pas possible de réduire ce délai entre l’annonce, l’exposition du produit et la possibilité de l’acquérir ?

Guénolé Havard : C’est une excellente question. Il faut à peu près 18 mois pour développer un produit, pour développer une chaussure. Je travaille activement pour réduire ce temps de conception. Il y a de l’incompressible, la production par exemple. On ne peut pas réduire le temps de production. On travaille à réduire le temps de conception. Par contre ça ne se fera jamais au détriment des validations d’usage.

Tout à l’heure on parlait des tests. J’insiste pour que les tests soient menés de la façon la plus exigeante possible. Oui, on essaye de raccourcir les délais, mais ça ne se fera jamais au détriment de la qualité. Pour le moment on est sur un processus qui prend à peu près 18 mois.

Jean-Marc : Vous vous êtes fixé cette date-là pour sortir un produit ? L’annonce se fait au gré des évolutions du produit, de la conception du produit, ou est-ce qu’avant un calendrier a été établi en disant qu’à cette date-là il faut qu’il y ait tant de chaussures qui soient en rayon ?

Guénolé Havard : On a 2 collections par an. Typiquement, je parle de la chaussure et du textile, donc global de notre offre de collection par an, de notre offre de collection printemps/été et une autre automne/hiver. Donc oui les dates d’implantation sont fixées au départ.

Jean-Marc : OK. Donc après, tout le retard qui est pris doit être rattrapé à un moment ou l’autre dans le processus.

Guénolé Havard : Le challenge sera de pouvoir lancer un peu plus tard les projets. Pour l’instant on arrive à tenir les délais. Il y a une volonté de pouvoir retarder le lancement chez nous en conception pour pouvoir effectivement diminuer ce délai entre l’annonce et la mise en rayon.

Jean-Marc : Il y a combien de projets qui sont travaillés en même temps chez Kalenji ?

GuénoléHavard : C’est variable suivant les natures de produits. C’est très très variable. En chaussure, vous avez sur la gamme route par exemple, 6 produits, 3 en homme, 3 en femme. SD, MD, LD en homme et SD, MD et LD en femme. Il y a 6 nouveaux produits qui ont été travaillés simultanément. En textile c’est parfois un petit peu plus.

Jean-Marc : Pourquoi on ne trouve pas dans tous les magasins Décathlon toute la gamme textile de Kalenji ? Il faut souvent faire plusieurs magasins Décathlon pour trouver son bonheur.

Guénolé Havard : Il faut savoir que là encore c’est un choix local puisque chaque magasin Décathlon, chaque responsable de rayon d’un magasin Décathlon a le choix entre 3 niveaux d’assortiment. Je vais la faire simple, mais c’est grosso modo un assortiment petit magasin, moyen magasin, grand magasin. Et chaque magasin a la possibilité de choisir entre ces 3 niveaux d’assortiment. Les magasins n’ont pas tous la même paye et pas forcément tous le même potentiel de coureurs donc il y a des ajustements d’une gamme à l’autre.

Un vêtement compressif de la marque que vous pourrez trouver dans les magasins Décathlon

Un vêtement compressif de la marque que vous pourrez trouver dans les magasins Décathlon

Jean-Marc : Ce sont les directeurs qui choisissent exactement tant de chaussures, tant de vêtements…

Guénolé Havard : Ils ne peuvent pas choisir un article. Nous proposons les assortiments, les 3 grands niveaux d’assortiments. Par contre ils choisissent entre ces 3-là. Le responsable de rayon choisit.

Jean-Marc : Est-ce que les Kalenji amènent le même amorti et la même adhérence que d’autres marques connues ?

Guénolé Havard : Je ne vais pas utiliser de comparaison. Encore une fois, tout est basé sur l’usage. Tous nos tests sont corrélés à un ressenti d’usage des testeurs. L’amorti et le nouvel amorti qui arrive sur les chaussures, les tests laboratoires ont montré que cet amorti était excellent. On l’a bien entendu corrélé à des dizaines de milliers de km de tests d’usage. On est très fiers de cet amorti. Je suis très fier de cette exclusivité. Un brevet a été déposé. Je suis très convient. J’invite d’ailleurs tout le monde à aller tester ces chaussures en magasin.

Jean-Marc :  Quels vont être les futurs modèles que la marque Kalenji va développer dans un avenir proche ?

Guénolé Havard : Pour l’instant on va plutôt parler des modèles qui sont sortis. On a une nouvelle gamme route entièrement refaite à par ce que l’on appelle les kiprun comp, la chaussure la plus pointue, donc nouvelle gamme route. On vient de changer nos 2 modèles en trail, donc l’important c’est de pérenniser ces modèles-là, bien écouter nos utilisateurs, bien écouter nos clients. Elles arrivent en magasin. On a reçu des messages ce matin. Les Kapteren XT dont vous parlera Thierry viennent d’arriver en magasin. Je suis très impatient d’avoir le retour de nos clients et de nos utilisateurs.

Jean-Marc : Vous avez des projets directement derrière ?

Guénolé Havard : Des projets sont déjà à l’étude.

Jean-Marc : Vous attendez pour l’instant de voir le ressenti et ce que vont donner les nouveaux modèles.

Guénolé Havard : Exactement.

Jean-Marc : On arrive aux dernières questions. La marque Kalenji est souvent considérée par beaucoup de coureurs comme des produits d’entrée de gamme qui ne tiennent pas forcément compte de leur excellence, c’est un ressenti qu’ont souvent les coureurs. Comment Kalenji peut essayer de contrer cet avis-là ? Quelle serait la stratégie que va adopter Kalenji pour être elle aussi dans l’excellence ?

Guénolé Havard : Je pense que la meilleure des démonstrations c’est de mettre le pied dans la chaussure. Je pense que la meilleure des validations c’est l’utilisateur qui nous la donne. Je vous parlais d’accessibilité. On ne va pas développer des millions d’euros de communication pour dire aux gens que nos chaussures sont bonnes. J’ai envie de dire aux gens d’aller tester nos chaussures.

Aujourd’hui, bien sûr Thierry est une caution, Benjamin Malaty en route, Stéphane Diagana… Ils nous aident à concevoir, à pousser plus loin les exigences sur les besoins de l’utilisateur, mais la meilleure des démonstrations, le meilleur message que je veux passer c’est « essayez nos chaussures. Faites-nous des retours. Regardez les avis clients sur internet, ils sont disponibles à tout le monde ».

Les avis sont excellents. Pour cette gamme, les tests ont parfois été au-delà de nos espérances. La XT4 est un modèle extraordinaire, la MD que vous voyez est extraordinaire. La meilleure des validations c’est l’usage. À tous les évènements, au run expo du marathon de Paris, le gros challenge c’est de faire passer nos chaussures aux pieds des coureurs. Dans l’immense majorité des cas, ils sont très surpris. Vous avez raison sur l’image. L’image va changer, j’en suis sûr. Ils sont très surpris et la plupart nous disent que ça leur donne envie d’essayer de courir avec. Pour moi c’est la meilleure des validations.

Jean-Marc : D’accord. J’ai une question qui concerne un peu plus le trail. Est-ce que vous comptez développer un peu plus la gamme trail, c’est-à-dire avec les sacs à dos, avec les vêtements de compression, des matériels divers… ? Comme tout à l’heure vous disiez que le trail est un marché important, est-ce que vous comptez justement développer des produits dans cette gamme-là ?

Guénolé Havard : Tout à fait, la gamme trail s’étoffe. Le textile s’est déjà étoffé sur le domaine en 2013, elle va poursuivre en 2014 et 2015. Bien entendu on est en train de développer cette offre sur l’ensemble des besoins d’usage. Vous parliez de la compression, moi je parle plutôt de réduction de fatigue, mais bien entendu on travaille cette thématique-là. La panoplie portée par Thierry sur l’ensemble des communications XT, vous regarderez, il a un cuissard de compression, il a un cuissard de réduction de fatigue. Bien sûr on a déjà des sacs. Ils fonctionnent très bien. Ils étaient très associés à la route, mais ils fonctionnent très bien. On s’aperçoit que les magasins qui les placent à côté des offres trail connaissent un grand succès sur l’ensemble des accessoires. La volonté c’est de couvrir l’ensemble des besoins d’usage du trail.

La marque conçoit aussi des sac à dos pour le trail.

La marque conçoit aussi des sac à dos pour le trail.

Jean-Marc : J’ai une dernière question qui est réservée pour les femmes. Elle est posée par Sylvie : est-ce que vous pensez réaliser un jour un sac à dos uniquement réservé à la morphologie féminine ?

Guénolé Havard : Oui, ce sac à dos est en cours de finalisation

Jean-Marc : Elle a de la chance.

Guénolé Havard : Tout à fait. Il est en cours de finalisation. J’ai bon espoir qu’il arrive en magasin dès l’automne/hiver 2014. Je dis en cours de finalisation parce que faire un sac à dos spécifiquement pour les femmes, et vous regarderez c’est extrêmement rare, il y a très peu de marques qui le font. C’est très compliqué. On fait aussi une gamme de sous-vêtements pour les femmes. On a vraiment travaillé à ce que ce sac corresponde à la morphologie féminine. On a mis du temps, mais oui bien entendu c’est une problématique qu’on a prise en compte.

Jean-Marc : Quand vous dites que c’est très compliqué, c’est très compliqué par rapport à la poitrine, aux épaules…?

Guénolé Havard : Oui, la morphologie des femmes peut être très différente d’une femme par rapport à l’autre. Mon obsession, en tout cas, ce que je dis très souvent aux chefs de produits, c’est le confort et la protection, et un sac à dos utilisé pendant des heures ça peut blesser. Si on garantit et si on développe un sac à dos spécifiquement féminin, on doit être certain qu’on protège l’ensemble des utilisatrices.

Jean-Marc : D’accord. J’ai une question de Christophe qui parle du développement de produits, de la recherche qui est faite par les autres marques. On voit par exemple dernièrement la marque Aasics qui a sorti un nouveau modèle de chaussure avec une nouvelle politique de recherche de l’amorti. Sans parler de retard par rapport à ces marques-là, comment Kalenji se développe ? Comment faites-vous pour les concurrencer en terme de recherche, en terme de nouveauté ?

Guénolé Havard : Ce qui est important c’est d’identifier les besoins du coureur. À partir de ces besoins, à l’intérieur d’Oxylane on a une cellule recherche et développement qui travaille pour l’ensemble des marques du groupe Oxylane. Avec cette cellule, on travaille sur chaque bénéfice de l’amorti qui arrive, qui sort sur les chaussures de 2014, qui a été travaillé avec la cellule recherche et développement d’Oxylane. Bien entendu, on travaille au quotidien à améliorer nos bénéfices au même titre que n’importe quelle autre marque.

Jean-Marc : Comment marche le centre de recherche ? Ce ne sont que des ingénieurs qui travaillent entre eux ? Ce sont des informaticiens ?

Guénolé Havard : Il y a plusieurs pôles de compétences. Ça dépend des produits. En ce qui nous concerne nous, on a des ingénieurs recherche et développement, des ingénieurs composants qui travaillent sur le composant. Il y a vraiment un ensemble de pôles de compétences disponibles que ce soit dans la marque —, nous on a des ingénieurs produits chez Kalenji qui vont parfois aller chercher des compétences dans notre cellule recherche et développement pour travailler vraiment sur des points spécifiques.

Jean-Marc : D’accord. Je crois que c’est bientôt fini. On a parlé des chaussures minimalistes. On me demande aussi si un jour il peut y avoir des semelles en fibre de carbone ?

Guénolé Havard : Ce n’est pas prévu pour le moment. La fibre de carbone n’est qu’une réponse parmi d’autres.

Jean-Marc : C’est un matériau qui est trop cher encore ?

Guénolé Havard : Non, ce n’est pas du tout un problème de prix. Pour le moment, dans les réponses composants qu’on a travaillés avec les ingénieurs recherche et les ingénieurs produits, ce n’est pas une piste qu’on a retenue.

Jean-Marc : La dernière question… Vous avez répondu tout à l’heure, c’était pour des chaussures trail légères avec un drop maxi de 6 mm, ça va être le cas de la nouvelle chaussure.

Guénolé Havard : La Kepteren Race. Le drop a été abaissé à 6 mm.

Jean-Marc : Je vous remercie pour cette interview. Je pense que ça va être passionnant à écouter. Un petit mot de la fin pour vous ?

Guénolé Havard : D’abord je vous remercie beaucoup. J’ai passé un très bon moment. Le mot de la fin ce sera : venez vite essayer nos chaussures pour nous faire des remontées. Vous l’avez compris, on est une marque de passionnés de course à pied. J’espère croiser l’ensemble de vos coureurs très vite sur une course.

Jean-Marc : Le prochain gros rendez-vous presse c’est l’expo du marathon de Paris ?

Guénolé Havard : En France oui, ça va être le run expo de Paris sur lequel on aura un stand, comme l’année dernière et l’année d’avant. On invite tous les utilisateurs qui veulent en savoir plus ou qui veulent rencontrer Stéphane Diagana, nos chefs de produits, parce que nos chefs de produits seront là.

Je pense que c’est aussi une exclusivité Kalenji de pouvoir échanger directement avec nos équipes de conception. Il y a des ingénieurs, des designers qui seront là. Oui, c’est le prochain très grand rendez-vous français.

Que pensez vous de la marque Kalenji ? Cet interview aura-t-il changé votre vision de cette marque ?

Dites moi également dans les commentaires si vous courez avec du matériel Kalenji et ce que vous en pensez.

Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager sur FaceBook, Twitter ou Google +
 
 
Note : Les liens de cet article pointant vers I-run ou autres sont des liens affiliés. Si vous achetez un produit chez eux en suivant un de ces liens, je toucherai une petite commission sans que cela n’augmente le prix que vous payez. Cela me permet de continuer à vous proposer du contenu gratuit et de qualité chaque semaine. Merci à vous !
 

Please follow and like us:

About the Author Jean Marc

Coureur et trailer avec une expérience de plus 25 ans d'expérience. Entraineur FFA 1er niveau et Triathlon BF5. TC du BEES. Formation de base nutrition certifiée CPD. Nous souhaitons vous aider à progresser en course à pied, à franchir un cap et à ressentir les bienfaits de cette pratique sportive.

>