Effets spiruline : interview de Benoit Ginoux, producteur de spiruline

 
 

[powerpress « https://testeurs-outdoor.com/new/wp-content/uploads/interview-benoit_ginoux.mp3 »]

Vous pouvez écouter ce podcast en live en cliquant sur le bouton Play en haut, ou télécharger le MP3 en cliquant sur Télécharger avec le clic droit de votre souris puis  » enregistrer le lien sous «  . Vous pouvez également le télécharger sur iTunes.

 Cet interview sera bientôt disponible sur Youtube au format MP4.

Aujourd’hui, je vous propose une interview avec un producteur de spiruline. Il s’agit de Benoit Ginoux, gérant de la société Couleur Spiruline. Nous allons évoqué dans cette interview de 30 minutes environ le métier de spirulinien, les avantages et bienfaits de la spiruline, quelques idées recettes, la concurrence étrangère et locale.

A noter également en fin d’article, une excellente vidéo de Benoit qui nous résume tout ce qui a été dit. A voir et à revoir !

Retrouvez un article du blog concernant la spiruline…
 

Effets spiruline : interview de Benoit Ginoux, producteur de spiruline

Jean Marc : Bonjour et bienvenue sur le blog Nutrition du Sportif, aujourd’hui je reçois Benoit, producteur de spiruline. Bonjour Benoit

Benoit Ginoux : Bonjour Jean-Marc
 

Effets spiruline : présentation de Benoit Ginoux

Jean Marc : Alors peux-tu te présenter aux lecteurs et aux éditeurs du blog ?

Benoit Ginoux : Oui bien sur, donc Benoit Ginoux, moi je suis producteur de spiruline, c’est un métier qu’ on s’appelle en fait « spirulinien », c’est le nom de mon métier, je suis producteur depuis 2010, je me suis installé en 2010, là je vais entrer dans ma quatrième saison de production, je suis installé dans un village qui s’appelle Barbentane dans les Bouches du Rhône, qui n’est pas très loin d’Avignon, et d’où je suis originaire. Voilà.

Jean Marc : OK. D’abord moi j’ai des questions sur la profession de « spirulinien » comme tu dis ; quel est ton parcours professionnel ? Comment es-tu devenu producteur de spiruline ?

Benoit Ginoux : Alors moi je suis devenu producteur de spiruline, j’ai une formation universitaire en écologie aquatique, j’ai fait mes études à Montpellier notamment, après avoir été diplômé je suis parti au Québec, j’ai travaillé comme ingénieur dans un laboratoire, j’ai pas étudié  la spiruline, mais des micro-organismes aquatiques en tous cas, et puis voilà. Quand je suis rentré en France, en fait quelques années avant j’avais rencontré des producteurs de spiruline en France, c’est quelque chose qui m’avait intéressé, la spiruline en elle-même, cet organisme m’avait intéressé et aussi la façon dont on la produit, qui est quand même une technique assez originale, et quand je suis rentré en France après mon expérience québécoise j’ai eu envie de me lancer, de mettre en place une petite exploitation, et voilà. Donc en 2010, vers le printemps 2010 en fait, c’était parti, voilà, j’ai démarré comme ça.
 

Effets spiruline : la formation pour devenir cultivateur

Jean-Marc : D’accord ! Et quand on veut devenir producteur de spiruline, il y a une formation, des compétences scientifiques à acquérir ou alors n’importe qui peut se lancer dans la spiruline ?

Benoit Ginoux : Et bien il y a une formation en France qui se passe à Hyères dans le Var, que j’ai faite, moi, en 2009, c’est une petite formation d’une dizaine de jours, donc là on nous apprend vraiment les bases, surtout on nous apprend à aller chercher l’information, comment se renseigner, savoir ou ça se passe, et voilà, après sinon, la compétence scientifique, elle peut aider, de la biologie, de l’écologie, de la chimie, tout ça peut aider, mais ça n’est pas indispensable si on veut se lancer, on peut très bien se documenter, il faut se documenter, il faut lire, il faut rencontrer d’autres « spiruliniens », d’autres producteurs, et puis voilà, moi ce est-ce que j’ai fait, mais c’est vrai que j’avais quand même ce bagage scientifique au départ qui m’a pas mal aidé.
 

 

Effets spiruline : Description de cet organisme

Jean Marc : Donc, tu en as parlé, tu l’as dit tout à l’heure, la spiruline c’est un organisme, tu peux nous en dire plus, c’est, quoi la spiruline alors en fait ?

Benoit Ginoux : Alors la spiruline, c’est un être vivant, c’est un micro-organisme aquatique, qui vit dans l’eau, et qui appartient à un groupe qui s’appelle les cyanobactéries. Les cyanobactéries font partie des êtres les plus vieux, elles sont apparues sur terre il y a 3 milliards et demi d’années, voilà, c’est un groupe qui est à l’origine de toute la production d’oxygène dans notre atmosphère, on peut le voir si vous aller sur le site il y a quelques photos, il y a des vidéos aussi, c’est un organisme qui a une forme de spirale, je sais pas trop quoi dire de plus, alors naturellement on le trouve sur le bandeau tropical, notamment en Afrique, en Amérique Latine, en Asie aussi, voilà ce qu’on peut dire.

© Couleur Spiruline : voilà de la poudre verte !!! C’est la spiruline…

Jean-Marc : D’accord. Et quelles sont les étapes pour produire la spiruline ? Comment on la cultive, et comment elle se produit ?

Benoit Ginoux : Alors elle est produite dans des bassins, alors comme je le disais tout à l’heure, elle est plus à l’aise dans un climat tropical, donc ici en France même si je suis à côté d’Avignon ou il fait beau, il fait chaud je la cultive quand même sous une serre, donc chez moi c’est une serre en verre, j’ai construit des bassins qui font environ 70m2, il y une roue qui agite l’eau, ce sont des bassins qui ont une forme d’hippodrome, il y a une hauteur d’eau d’une quinzaine de centimètres, et l’eau est constamment agitée. Donc une fois que nos bassins sont remplis, la récolte , qu’on a notre spiruline, la récolte elle se fait du mois d’avril au mois de novembre, c’est la période la plus chaude et la plus lumineuse parce que la spiruline elle fait la photosynthèse, elle a besoin de pas mal de lumière et de chaleur ; donc les récoltes en novembre, on filtre l’eau, donc la spiruline, elle est en suspension dans l’eau, pour la récolter on filtre cette eau, j’ai une toile, donc on récupère une part et puis après il y a tout un processus de transformation une fois qu’on a récupéré cette masse à travers le filtre, il faut qu’on la travaille, d’abord on la rince, puis on fait des spaghettis, on la fait sécher, celle qui est récoltée le matin sèche dans l’après-midi et le soir on conditionne et puis elle est prête à être consommée tout de suite.

Jean-Marc : D’accord. Mais vous la faites sécher à l’air libre ou sous des rayons solaires artificiels on va dire ?

Benoit Ginoux : Alors je la fais sécher. Mon séchoir chauffe uniquement à la chaleur du soleil, mais elle est quand même à l’abri de la lumière, il ne faut pas que la spiruline sèche directement aux rayons du soleil, par qu’il ya des pigments en fait, notamment la chlorophylle et la phycocyanine qui sont intéressantes dans la composition de cette spiruline, il ne faut pas les dégrader ces pigments, le soleil pourrait dégrader ces pigments. On les sèche donc mais mon séchoir il est à l’abri de la lumière. Donc surtout ce qui est important, il y a la chaleur et le soleil, mais il y a des grands ventilateurs qui tournent parce que c’est vraiment la ventilation plus que la chaleur qui permet un séchage efficace.

Jean Marc : D’accord. Et en parcourant ton site donc Couleur Spiruline.com j’ai vu que les conditions pour produire la spiruline étaient quand même assez strictes, par exemple il fallait une température stable, assez haute, l’eau pareil, vous est-il arrivé déjà de perdre une production, suite à une petite erreur de manipulation ou de calcul ?

Benoit Ginoux : La perdre, non, mais c’est vrai que de temps en temps il peut par exemple y avoir en début de saison, là je vais redémarrer au mois d’avril mais les températures ne sont pas très chaudes encore. C’est vrai que la spiruline elle a un optimum de développement quand l’eau est à 37 degrés, quand le ph est autour de 10, donc quand la lumière est bonne ; donc c’est vrai que de temps en temps les conditions ne sont pas optimales, mais bon, on ne perd pas la culture, mais bon elle se développe beaucoup moins vite, oui, il peut se passer parfois des problèmes. Par exemple, si d’un coup on agite les roues dans les bassins, si on a un problème au niveau de l’agitation, si les moteurs s’arrêtent, la roue ne tourne plus, là on peut tout perdre assez rapidement, comme elle n’est pas agitée elle remonte à la surface, et là elle va prendre énormément de soleil, et il peut y avoir une photolyse et là on peut perdre une partie de la production. C’est vrai qu’il faut être présent, c’est vraiment une production qui demande d’être présent à 100% autour de nos bassins, tous les jours, voilà.

© Couleur Spiruline : Un bassin bien vert  

Effets spiruline : avantage pour les sportifs…et aussi les autres 🙂

Jean-Marc : D’accord. Et tout le monde parle des bienfaits de la spiruline, justement c’est quoi, les bienfaits de la spiruline, quel est l’intérêt par exemple pour les sportifs ?

Benoit Ginoux : Alors de façon générale, pour les sportifs ou les non-sportifs, ce qui est intéressant dans la spiruline, c’est sa haute valeur nutritionnelle, elle a une composition qui est très riche et très équilibrée, c’est ça qui est intéressant d’abord. Après, chez les sportifs, c’est souvent le fer que les gens viennent chercher, il y a contenu en fer qui est assez important, donc voilà, les nutritionnistes expliquent que le fer participe au transport de l’oxygène dans le corps, les gens qui sont carencés en fer vont plutôt mal dans leur pratique. Voilà, après il n’y pas que le fer, il y aussi des protéines, c’est 70% de protéines la spiruline quand même, entre 60 et 70%, et surtout ce sont de protéines qui contiennent tous les acides aminés qui sont essentiels. Voilà, et aussi les nutritionnistes disent que ce sont des protéines de très bonne qualité, donc qui s’assimilent très bien, contrairement à d’autres protéines qui ne sont pas de la même qualité, et il y a la phycocyanine qui est la protéine qui a le pigment bleu, j’en parlais un petit peu tout à l’heure, elle est spécifique aux cyanobactéries, la spiruline en contient de grandes quantités, et c’est un pigment alors… il y a pas mal d’attention qui est porté sur ça, ceux qui s’intéressent à la spiruline s’intéressent souvent à ça, elle est antioxydante, voilà.

Jean-Marc: Et donc quels sont les différents modes de consommation de la spiruline ? Bon, je la connais moi par exemple en comprimés, il y a aussi des brindilles que l’on peut consommer comme ça, mais tu peux nous en dire plus parce que je pense qu’à part les comprimés, tout le monde ne connait pas la spiruline sous d’autres formes.
 

 

Effets spiruline : les différents modes de consommation

Benoit Ginoux : Oui, c’est vrai que souvent on la consomme de plusieurs manières différentes. On la voit en tous cas dans les boutiques soit sous forme de comprimés soit sous forme de gélules, alors moi c’est des formes que je commercialise aussi, les comprimés et les gélules, mais c’est vrai que moi j’aime bien vendre des brindilles . Si tu veux c’est la forme la plus naturelle de la spiruline, à l’issue de ma journée de récolte, c’est des brindilles qu’on obtient. Donc tout à l’heure je parlais des spaghettis de spiruline formés au séchage, en fait c’est ces spaghettis-là, une fois qu’elles sont sèches on les broie un petit peu et c’est directement ça qui donne des brindilles. Alors vous pouvez voir les choses sur le site internet, il y a des photos des procédés de fabrication des brindilles et puis il y a aussi quelques idées sur comment les consommer, comment les utiliser. Il y a plein de façons, maintenant en ce moment moi je me fais des tartines le matin avec du miel et de la spiruline, voilà, c’est ça les idées.

© Couleur spiruline : Hummmm des spaghettis verts !!!

Jean-Marc: Du miel et de la spiruline ! du miel, bon le miel je le vois liquide, de la spiruline en brindilles, mélangées, comment tu fais là, ça m’intrigue?

Benoit Ginoux : Et bien simplement on peut se faire par exemple pour la tartine de miel et de spiruline on se fait une tartine de miel, on étale du miel sur sa tartine, et puis on saupoudre avec des brindilles de spiruline qui sont un peu craquantes, on saupoudre ça sur la tartine et puis voilà.
 

Effets spiruline : le dosage par jour

Jean-Marc : Alors je ne connais pas du tout, j’essaierai, je te dirai si c’est si bon que ça. Par contre, j’ai une petite question, il y a une dose de spiruline maximale à ne pas dépasser ? Parce que par exemple si c’est saupoudré de brindilles, comme elle très forte la spiruline en protéines et en fer, il n’y a pas un risque de dépasser la dose maximale ?

Benoit Ginoux : Non, en fait en général il n’y a pas beaucoup de risque de dépasser, à part consommer un paquet entier comme ça, mais en tous cas, dans mon cas quand je vends de la spiruline sur chaque paquet il y a une étiquette, il y a indiqué les doses appropriées, ce qui est conseillé, c’est en général 3 a 5 grammes par jour. Pour te donner une idée, ça fait une cuillère et demi, deux cuillères à café. Bon ça dépend, il y a certaines personnes qui vont en prendre deux fois plus, d’autres deux fois moins, ça dépend un peu, les gens adaptent leur consommation à leurs besoins. Donc c’est vrai qu’il y a des gens par exemple qui sont en préparation d’une grosse compétition qui vont augmenter les doses, qui vont en consommer autour de 5 grammes, voire plus, moi j’ai des clients qui en prennent jusqu’à 7 grammes par jour, ça dépend des besoins qu’on a.

Jean-Marc : Par contre quand tu dis 2 cuillères à café par jour, est-ce qu’après le sportif par exemple doit modérer ses apports en protéine normaux, par exemple la viande ou le poisson ?

Benoit Ginoux : Honnêtement je ne saurais pas répondre à cette question, non, les témoignages que j’ai eus, les gens ne modéraient pas leur consommation de viande ou de poisson, c’est un complément, mais je ne saurais pas dire.
 

Effets spiruline : la société à Benoit Ginoux

Jean-Marc : D’accord. Donc on a parlé un petit peu tout à l’heure de Couleur Spiruline, donc c’est ta société, tu pourrais nous en dire plus sur ta société, Couleur Spiruline, combien d’employés vous avez, c’est une production locale, j’imagine.

 

Effets spiruline : En voilà sous forme de brindilles séchées ! © chanelle - Fotolia.com

Effets spiruline : En voilà sous forme de brindilles séchées !
© chanelle – Fotolia.com

 

Benoit Ginoux : Oui oui, la société a été créée, je le disais, tout à l’heure, en 2010, donc c’est une société qui est à la fois jeune et qui commence à avoir quand même quelques années d’experience puisque je rentre dans ma quatrième saison ; je travaille tout seul, je m’occupe de tout en fait, de A à Z, de la production , l’aspect conditionnement, communication, et la commercialisation. Et vraiment c’est aussi ça qui me plaisait moi dans ma démarche c’est d’avoir un projet global et de tenir ce projet de A à Z, et c’est aussi une façon de pouvoir parler aux clients, c’est assez facile puisque je m’occupe de tout, je gère tout.

Jean-Marc : Tu gères tout ?

Benoit Ginoux : Je gère tout et puis je maitrise vraiment toutes les étapes.
 

Effets spiruline : la production mondiale et la concurrence

Jean-Marc : Et est-ce qu’il y a beaucoup de producteurs en France, des petits producteurs comme toi, ou est-ce qu’il y a vraiment des plus grosses entreprises qui produisent de la spiruline également ?

Benoit Ginoux : Alors oui, on est quelques producteurs en France, on est… je ne pourrais pas dire… peut-être une centaine ou quelque chose comme ça, surtout regroupés. Il y en a un peu partout dans la France, mais surtout regroupés sur le domaine méditerranéen, en général c’est plutôt des productions comme la mienne, soit un peu plus petites, soit un peu plus grandes, c’est des exploitations qui se ressemblent, il n’y a pas de très grosses exploitations, après c’est vrai qu’il n’y a pas vraiment de très grosses exploitations de spiruline en France, mais plutôt des exploitations américaines, ou indiennes ou chinoises.

Au niveau de la qualité, ça n’a rien à voir, ce n’est pas les mêmes spirulines ; ce qu’on fait en France, que ce soit moi ou que ce soient les autres producteurs, en tous cas ceux que je connais, on a une spiruline qui est séchée, enfin, qui est séchée à basse température, dans ce séchoir solaire dont j’ai déjà parlé, c’est ça qui fait vraiment la différence : avec la spiruline on a un produit au départ qui est extrêmement riche, et ces grosses entreprises qui sont implantées à Hawaï, en Chine ou en Inde, elles sèchent la spiruline à très haute température, donc à ces températures-là il ya des propriétés qui sont détruites, pas mal de protéines qui sont dénaturées. Nous, c’est vraiment notre argument de qualité, c’est la façon dont on sèche la spiruline, à basse température. Voilà, mais pour revenir à ta question, oui, on est pas mal de producteurs en France, maintenant c’est une filière qui commence à être bien organisée, il ya une Fédération, la Fédération des « spiruliniens » de France qui dit des choses intéressantes.

Jean-Marc : Tu as parlé tout à l’heure… tu parlais surtout des concurrents étrangers, comment on peut faire pour différencier les spirulines, comment savoir par exemple si la spiruline vient de France ou si la spiruline vient de l’étranger ?

Benoit Ginoux : Et bien tout simplement il faut qu’au moment où on fait son achat il faut bien se renseigner, essayer de lire l’étiquette, la provenance parce qu’en général si c’est une production française on l’indique sur le paquet. Après ce qu’il faut savoir c’est que ce n’est pas parce que l’on trouve de la spiruline dans une boutique bio –parce qu’il y en a souvent dans les boutiques bio- que c’est forcément de la spiruline française, que c’est de la spiruline de qualité, ou quoi que ce soit ; il peut y avoir des spirulines de très moyenne qualité un peu partout. Voilà, simplement le conseil, c’est d’essayer de trouver un producteur français et voir sur les sites internet, c’est vrai que maintenant sur les sites internet, maintenant ça ne se fait pas mal, la spiruline c’est un produit qui s’envoie très bien par la poste donc… moi je fais mes ventes, pas mal de mes ventes par mon site internet, par correspondance, la vente par correspondance, ça marche bien. Voilà, et puis les clients peuvent aller voir sur le site, là vous pouvez être sur de la provenance en achetant directement au producteur.
 

 Effets spiruline : la conservation

Jean-Marc : Combien de temps se conserve la spiruline ? Quelles sont les conditions, les précautions à prendre pour la conserver ?

Benoit Ginoux : Oui, alors ça se conserve très bien, en général c’est entre 1 et 2 ans, ça dépend du moment de l’année où vous l’achetez, il y a une date limite optimale de consommation, ça se conserve très bien si c’est conservé dans de bonnes conditions. En fait les bonnes conditions pour la conserver c’est à l’abri de la lumière, toujours cette histoire de pigments qui sont dégradés au soleil. Et à l’abri de l’humidité, c’est important. Alors moi, les conditions que j’utilise c’est des sachets lyophilisés, donc qui sont parfaitement adaptés aux conditions de conservation. C’est un paquet, une fois qu’il est ouvert vous pouvez le refermer, et vous chassez le peu d’air qui s’y est logé et ça se conserve très bien.

Jean-Marc : La production de la spiruline, elle ne peut être que bio, donc je veux dire, il ne peut donc pas y avoir des produits peut-être pas chimiques, mais des substituts, pour aider à faire pousser la spiruline ?

Benoit Ginoux : Oui oui, alors c’est un produit qui est naturel ; alors pour l’instant il n’y a pas de label AB sur la spiruline, il n’a aucun producteur en France qui soit labellisé, mais c’est un produit qui est naturel, on n’utilise pas de pesticides ; après on la nourrit en sels minéraux. Voilà, il n’y a pas de produits dangereux, pas de pesticides.

Jean-Marc : D’accord. Et est-ce que les prix de la spiruline ont tendance à augmenter ou plutôt à se stabiliser, à diminuer, parce que vue l’offre qui s’élargit et la concurrence, est-ce que le prix de la spiruline a atteint son maximum?

Effets spiruline : voilà sa forme la plus répendue

Effets spiruline : voilà sa forme la plus répendue

Benoit Ginoux : Je pense que c’est des prix qui sont restés relativement stables ; moi, ils n’ont pas bougé depuis que j’ai commencé ; et puis les autres producteurs qui sont installés depuis plus longtemps que moi pratiquent les mêmes tarifs depuis qu’ils ont commencé, donc non, les tarifs sont stables.

Jean-Marc :Est-ce que la spiruline peut avoir des défauts, enfin, parce qu’on vante ses mérites et tout ça, mais est-ce qu’il y a des contre-indications pour la spiruline ?

Benoit Ginoux : Non, il y en a très peu, tout le monde peut manger de la spiruline ; il n’y en a qu’une qui est vraiment à mettre en avant, c’est les gens qui font ce qu’on appelle de l’hémochromatome, c’est des gens qui ne sont pas capables d’éliminer le fer ; en fait comme c’est un aliment qui est très riche en fer, les gens qui font de l’hémochromatome ne peuvent manger aucun aliment ou il y a du fer. C’est la principale contre-indication. Après il y a de la vitamine K, donc les gens qui sont sous traitement anticoagulants ne peuvent pas en prendre, il y a quelques contre-indications. En fait du moment qu’on a aucune restriction alimentaire, il n’y a pas de contre-indication.

Jean-Marc: Lorsqu’on parle de spiruline, on a parlé des brindilles, on a parlé de la spiruline en gélules ou en comprimés, est-ce qu’on peut la trouver aussi par exemple dans des pâtes, des pâtes spirulines, est-ce que ça vaut le coup de consommer la spiruline sous cette forme-là ou alors il vaut mieux se contenter de gélules ou en brindilles ?

Benoit Ginoux : Non, ça peut être sympa. Après ce sont des produits comme ça, comme les pâtes ce qu’il faut savoir c’est que si on achète des pâtes à la spiruline on va les faire cuire, et donc on va perdre une partie des propriétés de la spiruline. Après moi ça ne me choque pas, je l’ai fait aussi, de temps en temps j’en fais de ces pâtes, c’est sympa parce que ça les colore et puis il y a quand même cet apport en protéines, mais je dirais que ce n’est pas l’idéal, parce que ce qui est bien pour la spiruline c’est de la prendre assez régulièrement, c’est pour ça que moi je conseillerais plutôt les brindilles parce que ça permet d’avoir une consommation régulière, on va prendre une habitude, tous les matins on prend sa spiruline. Tandis que si on la commence par exemple de temps en temps par exemple sous forme de pâtes ça ne va pas… disons qu’on ne va pas tirer bénéfice de la spiruline en consommant simplement un plat de pâtes, même si c’est une fois par semaine.

Jean Marc : Et donc toi tu dis que tu consommes la spiruline le matin, est-ce c’est le meilleur moment de la journée pour consommer la spiruline ou alors on peut en consommer l’après-midi ou le soir ?

Benoit Ginoux : Alors, on peut en consommer toute la journée, mais c’est vrai que le moment le plus intéressant c’est le matin parce qu’il y a des vitamines qui vont être disponibles pour la journée ; prendre ces vitamines-là le soir ce n’est pas le plus intéressant. Après il y a pas mal de gens qui prennent 3 a 5 grammes par exemple, ça peut faire 6 a 10 comprimés, parce que c’est des comprimés qui font 500 mlg donc il y en a qui aiment bien répartir donc ils en prennent 3 le matin et 3 à midi, 3 ou 4 le matin, 3 ou 4 à midi. Moi je conseille le matin, et si on veut fractionner, le matin et à midi, c’est les deux moments les plus appropriés.

Jean-Marc : On dit le matin et à midi, tu parles en quantité de comprimés, comment on peut savoir les quantités qu’on doit absorber, tu as parlé tout à l’heure des doses maximales, des doses minimales, mais comme chaque être humain est différent, est-ce qu’il y par exemple un tableau pour savoir les quantités que l’on doit prendre ?

Benoit Ginoux : Non alors, pas que je sache, mais en général, c’est ce que j’essayais de dire tout à l’heure, il y a des doses conseillées qui sont de 3 à 5 grammes par jour, et après il faut essayer d’adapter ses doses par rapport à sa corpulence, son activité surtout ; il y a des gens qui ont des pratiques quand même régulières et intenses, il vaut mieux autour de 5 grammes, pour d’autres il vaut mieux autour de 3 grammes. Il n’y a pas de règle, moi je dirais essayer d’adapter à ses besoins, on peut commencer doucement et dans tous les cas, c’est ce qui est conseillé, commencer doucement au moins la première semaine par un comprimé le premier jour, 2 comprimés le deuxième jour etc.… Donc on fait ça petit à petit ,jusqu’à 6 comprimés, et après en fonction de son ressenti, on peut augmenter ou rester à cette dose-là, voire la diminuer.

Jean-Marc : J’ai une petite question subsidiaire, donc par exemple la spiruline contient beaucoup de protéines, lorsqu’on consomme beaucoup de protéines, il est recommandé de boire beaucoup d’eau, est-ce qu’il en de même pour la spiruline ?

Benoit Ginoux : Oui, oui, oui, je le conseillerais aussi, du moment que l’on sait qu’il y a 70% de protéines dans la spiruline ; si c’est conseillé pour les protéines de boire beaucoup d’eau, il faut faire la même chose quand on consomme de la spiruline.

Jean-Marc : Bon voilà, l’interview s’achève, Benoit, je te remercie et le petit mot de la fin pour toi ?

Benoit Ginoux : Ah bien simplement pour te remercier de t’être tourné vers moi, vers le secteur de la spiruline avec cette petite interview, et aussi pour dire aux auditeurs de les renvoyer peut-être vers mon site internet s’ils veulent plus d’informations parce tout ce que j’ai dit ça peut paraitre un peu brouillon, les choses sont mises au clair sur le site internet, sur la spiruline, sur ce qu’elle contient, ce qu’elle peut apporter, et notamment, là on ne l’a pas abordé dans cette interview, mais sur le site j’ai des témoignages de sportifs et j’ai fait des petits résumés scientifiques qui traitent de ça, notamment de l’intérêt de la spiruline pour les sportifs.
 

 
Jean-Marc : C’est super, donc on peut te retrouver donc comme tu l’as dit sur ton site internet COULEUR SPIRULINE.COM et donc on peut dire bonne chance pour la prochaine production qui va arriver puisque c’est au mois d’avril, c’est la nouvelle récolte qui se prépare ?

Benoit Ginoux : Là je suis en train de préparer la nouvelle saison, oui.

Jean-Marc : OK, je te remercie beaucoup, Benoit.

Benoit Ginoux : Merci Jean-Marc.

Jean-Marc: A bientôt !

Benoit Ginoux : A bientôt, au revoir !

Jean-Marc : Si l’interview vous a plu, n’hésitez pas à le dire sur Twitter, Facebook ou Google+ et je vous dis à bientôt sur Testeurs – Outdoor pour une prochaine interview. Bye-bye !

J’ai également trouvé une vidéo de Benoit Ginoux sur son blog, que je trouve vraiment très intéressante (faites actualiser la page si la vidéo n’apparaît pas) :
 

 

 

Si vous avez aimez cet article, dites sur Facebook, Twitter ou Google + !

Que pensez vous de cet article ? J’attends vos réactions ci dessous.
 
 
Note : Les liens de cet article pointant vers Amazon sont des liens affiliés. Si vous achetez un produit chez eux en suivant un de ces liens, je toucherai une petite commission sans que cela n’augmente le prix que vous payez. Cela me permet de continuer à vous proposer du contenu gratuit et de qualité chaque semaine. Merci à vous !

 

Please follow and like us:
error0

About the Author Jean Marc

Coureur et trailer avec une expérience de plus 25 ans d'expérience. Entraineur FFA 1er niveau et Triathlon BF5. TC du BEES. Formation de base nutrition certifiée CPD. Nous souhaitons vous aider à progresser en course à pied, à franchir un cap et à ressentir les bienfaits de cette pratique sportive.

Leave a Comment:

4 comments
Add Your Reply