Comment perdre de la graisse : nos 8 solutions anti gras

 

Préambule :

J’ai reçu quelques mails concernant mon dernier article sur comment calculer ses besoins en lipides.
Il est vrai qu’il faut aimer les mathématiques et surtout il faut avoir une balance pèse aliments sous la main.

En cette période de fêtes, il est très difficile à l’aiguille de la balance pèse personne de ne pas basculer vers la gauche. Dans ce nouvel article, je vous propose quelques solutions anti gras et anti cholestérol, facile à mettre en oeuvre. Et du coup, vous aurez peut être trouver des idées pour vos résolutions de la nouvelle année.

David, notre diététicien-conseil, et moi même, nous vous proposons 8 solutions anti gras :

Comment perdre de la graisse : surveiller son alimentation et faire du sport

Comment perdre de la graisse : surveiller son alimentation et faire du sport
© Creativa – Fotolia.com

 

Comment perdre de la graisse : les 8 propositions

 

Comment perdre de la graisse :  Les laitage, limitez les !

Si les laitages constituent une part importante de vos apports journaliers, vous devez en limiter l’apport en lipide, pour cela vous devez privilégier les produits à 0 % ou bien allégés. Vous devez aussi en limiter la prise à 3 fois maximum par jour.
 

Comment perdre de la graisse : Qu’est ce qu’il a mon oeuf ?

Le cholestérol se trouvant surtout dans les produits d’origine animale, et les oeufs, surtout les jaunes, en sont le meilleur exemple. Si vous adorez les oeufs, ne changez rien, mais vous devrez prendre et favoriser le blanc des oeufs. Pourquoi ne pas se faire une omelette avec plusieurs blancs et un seul jaune ?
 

Comment perdre de la graisse : Favorisez la  » bonne  » viande comme le ferait un gaulois !

Nous l’avons vu dans les articles précédents, les viandes (comme les laitages au lait entier) sont les réserves les plus importantes pour les lipides saturés. Vous devez donc choisir des morceaux de qualité comme le faux filet ou le gîte. Vous devez aussi limiter les quantités.
 

Comment perdre de la graisse : Taillez dans le gras !

Lorsque vous avez choisi votre morceau de viande, n’hésitez pas à enlever toute la graisse ainsi que la peau. Vous pouvez aussi favoriser la cuisson au four, grill, mais aussi micro ondes ou encore à la vapeur.

Comment perdre de la graisse : Votre plan B !

 
Comment perdre de la graisse : Les filets de poulet peuvent remplacer votre steak haché.

Vous ne pouvez vous passer de viande ou d’une source de protéines animales ? Ne vous inquiétez pas, nous vous proposons de foncer sur les viandes blanches comme le poulet ou la dinde, ou bien sur les poissons. Même si vous prenez un poisson dit gras, ce dernier le sera toujours moins qu’une viande.
 

Comment perdre de la graisse : Attention aux produits  » prêts à être consommés  » !

 
Comment perdre de la graisse : Un rayon de surgelés…à éviter !!!!

Il s’agit d’un véritable piège. Sous leur apparence souvent attirante, ces produits raffinés fournissent une quantité énorme de lipides en tout genre. Si ces produits proviennent de la restauration rapide, la méfiance devra être encore plus importante.
 

Comment perdre de la graisse : Évitez le mélange glucides + sauces

 
Comment perdre de la graisse : si vous craquez pas pour mes lasagnes je ne comprendrais pas 😉

Nous avons tous craqué devant un plat de spaghettis à la bolognaise, ou encore mieux, des pâtes à la carbonara. Les lipides sont très concentrés dans ces sauces et leur mélange avec des glucides est des plus mauvais.
 

Comment perdre de la graisse : 1 fois par semaine, faites-vous plaisir !

Devant autant de restrictions et de chamboulements pouvant intervenir dans votre alimentation quotidienne, il est parfois très dur de s’y tenir, de refuser le steak / frites ou les cannellonis de sa maman, c’est pourquoi il est important de maintenir la motivation en vous accordant un petit écart par semaine. Elle n’est pas belle la vie ?
 

Comment perdre de la graisse : une vidéo bonus

Je vous le dis tout de suite, ce n’est pas moi qui l’ai réalisé. Pour joindre l’utile à l’agréable, je vous propose une vidéo de nos amis québecois du site TakeoSports avec 10 exercices à réaliser pour brûler des graisses :
 

 

Comment perdre de la graisse : L’Avis de David (Nuteoconsult) , notre conseiller diététicien :

Dans le cadre d’un régime sans cholestérol ou hypolipidique, des aides culinaires alternatifs au lait peuvent être trouvés :Crème de soja cuisine (Soycrem, Minarine),     Crème de soja gratin,    Tofu soyeux mixé,     Crème de riz cuisine, Crème d’avoine,   Margarines végétales type St-Hubert Pur’végétal, Lait de coco, Crème d’amandes cuisine, Mayosoja. Quant à vos vinaigrettes vous pouvez les alléger en les coupant avec un court bouillon refroidi (cf recettes prochainement), ou du jus de carotte! »

Comment perdre de la graisse : Du sport, de l'eau, des aliments naturels...

Comment perdre de la graisse : Du sport, de l’eau, des aliments naturels…
© Sebastian Duda – Fotolia.com

Quelle disposition de cet article  » comment perdre de la graisse  » est la plus facile à mettre en oeuvre pour vous ? A contrario, quelle sera la plus difficile à tenir ?

Partagez également dans les commentaires ci dessous vos idées sur comment perdre de la graisse (côté nutrition), je suis très curieux de les connaitre.

Si cet article intitulé  » comment perdre de la graisse  » vous a plu, partagez le sur Facebook, Twitter ou Google +
 
 
Note : Les liens de cet article pointant vers I-Run ou autres sont des liens affiliés. Si vous achetez un produit chez eux en suivant un de ces liens, je toucherai une petite commission sans que cela n’augmente le prix que vous payez. Cela me permet de continuer à vous proposer du contenu gratuit et de qualité chaque semaine. Merci à vous !
 

Please follow and like us:

About the Author Jean Marc

Coureur et trailer avec une expérience de plus 25 ans d'expérience. Entraineur FFA 1er niveau et Triathlon BF5. TC du BEES. Formation de base nutrition certifiée CPD. Nous souhaitons vous aider à progresser en course à pied, à franchir un cap et à ressentir les bienfaits de cette pratique sportive.

  • Toreyerdal dit :

    Je prends soin préalablement de distinguer les aliments proprement dits et les mélanges d’aliments. Les premiers sont constitués par les produits tels que la nature nous les offre (exemple : châtaignes, mûres, figues, etc.). Bon nombre de ces aliments (exemple : pommes, fraises, bananes, etc.) ne sont plus consommés à l’état sauvage car l’homme intervient dans le processus de fabrication pour les « améliorer » ou parce que d’un point de vue économique leur culture permet de grands rendements ou des profits.

    Les mélanges d’aliments qui donnent lieu à l’art culinaire, une spécificité humaine et une marque de civilisation, défient pourtant les lois de la digestion et ne servent pas au mieux nos intérêts. La médecine se concentre sur des causes imaginaires (microbes) pour chercher l’origine des symptômes de la maladie car ça légitime la fabrication des médicaments qui visent à faire taire ces mêmes symptômes tout en laissant de côté leur origine réelle qui réside dans un mode de vie inapproprié. C’est une question de gros sous.

    Parmi les troubles qui résultent de la consommation de ces mélanges alimentaires que l’on fait soi-même ou qui sont conçus artisanalement ou industriellement, il y a les problèmes de poids. Il semble que les mélanges à base de farines raffinées et de corps gras soient les grands coupables. On citera les viennoiseries, les frites pour compléter l’exemple donné dans l’article (pâtes à la carbonara). Ce type de mélanges est typique de la façon de consommer des Américains. Avec le résultat que l’on connaît. Leurs habitudes ont déteint sur nous.

    J’ai eu l’occasion de dire que la consommation de corps gras concentrés est une aberration. Il n’existe aucun aliment concentré en corps gras dans la nature. L’organisme n’est donc pas conçu pour les élaborer. Les aliments gras sont donc forcément artificiels (exemple : l’huile, le beurre, etc.) et leurs digestion est laborieuse. C’est donc une deuxième raison de s’épargner le mélange glucides raffinés/lipides. A défaut de les supprimer, il faut les limiter.

    Que les tissus des animaux consommés soient gras (exemples : le porc, le bœuf, etc.) ou plus diététiques (exemples : le poulet, le lapin, etc.) est secondaire. On ne devrait pas les consommer car nous ne sommes pas des carnivores. L’anatomie et la physiologie comparées font sauter aux yeux cette évidence. Là encore, si on ne peut pas (ou ne veut pas) écarter les produits d’origine animale, il faut en limiter la consommation. L’abus de protéines est lourd de conséquences sur la santé.

    Les remarques formulées pour les mammifères et les oiseaux valent pour les poissons. D’autant que ces derniers se décomposent très vite, que les eaux sont polluées et que l’alimentation des poissons d’élevage en fait des animaux malades (on l’a vu avec le saumon dernièrement).

    Le lait de consommation courante est l’aliment naturel et exclusif du… veau. Chez l’homme, il provoque tout un tas de troubles. J’en sais quelque chose. Sous forme de yaourts, il est beaucoup plus digeste du fait de la fermentation lactique. Les fromages sont trop riches en protéines et en lipides. Et ils contiennent un poison qui s’appelle le sel. La modération s’impose.

    Pour résumer, les problèmes de poids (et tant d’autres troubles) seront d’autant plus évitables ou en voie de disparition que l’on se rapproche de repas faisant la part belle aux aliments consommés le plus proche possible de leur état naturel, en privilégiant ceux d’origine végétale et qui sont riches en eau. On a les parties de l’appareil végétatif des plantes : les racines (exemples : la carotte, le radis, etc.), les feuilles et les tiges (exemples : le céleri-rave, la pomme de terre). Il faut les manger en les prenant sous forme de crudités ou cuites à la vapeur douce, nature ou avec des herbes, éventuellement un peu d’huile d’olive ou de soja liquide pour cuisine.

    Il y a bien entendu les parties de l’appareil reproducteur des plantes : les fruits (l’orange, la cerise, la pêche, etc.) et assimilés (exemples : la pomme, la poire, la fraise, la figue, etc.) généralement riches en glucides (mais pas toujours comme le prouvent la tomate, l’aubergine, le concombre et le haricot vert). Outre les fruits, on peut consommer modérément des graines oléagineuses (exemple : la noisette). On sera plus réservé sur les graines des plantes de la famille des Fabacées couramment appelées légumineuses (les lentilles, les haricots, etc.).

    Quoique les graminées ne soient pas des sources idéales de l’alimentation humaine (comme le montre notamment l’intolérance au gluten), il convient tout en les marginalisant de privilégier les pâtes complètes ou semi-complètes qui n’occasionnent pas des pics de glycémie et dont la cellulose est utile pour le transit intestinal.

    Les aliments industriels et toutes les cochonneries possibles ne devraient dans ces conditions constituer que l’exception à titre d’écarts, inévitables en société ou bien pour se faire plaisir de temps en temps. Chacun a son truc. Moi, je suis gourmand (Aaaaaah ! Les viennoiseries…).

    Je ne m’étends pas sur l’alcool. La « modération » n’existe pas en la matière contrairement à ce que prétend le slogan qui accompagne les publicités. La modération et l’excès ne peuvent pas s’appliquer à des substances toxiques. L’abus est constitué par le fait même d’en prendre, quelle que soit la quantité.

    Le sport complète bien sûr l’alimentation pour avoir la ligne et de façon générale pour être en bonne santé.

  • Shaun dit :

    Le commentaire de Toreyerdal me parle plus que l’article en lui même !

    De mes différentes lectures (Julien Venesson, Christophe Carrio, Lauren Cordain, La nutrition.fr)
    j’ai surtout retenu
    – qu’il fallait éviter les produits raffinés et transformés, les plats cuisinés industriels et privilégier le complet ou semi complet à index Glycémique faible dans le but d’éviter des pics insuliniques.

    – qu’on devait bien entendu consommer légumes et fruits de saison en évitant les conserves.

    – qu’on pouvait manger plus de protéines animales ou végétales que prescrit dans les recommandations officielles. (de provenance filière bio, plein air etc)

    – qu’on pouvait manger plus de gras, qui serait utilisé comme carburant par le sportif, en évitant les graisses transformées et en veillant à un certain équilibre oméga 3 / oméga 6.

    – qu’il ne fallait pas oublier que les dépenses caloriques doivent égaler les apports, évidement !

  • Claude dit :

    1m71, 72 kg en juin 2013. D’apparence mince, en fait je savais bien que j’avais des kg en trop malgré mes 4 séances hebdomadaires de footing en collines ou vélo (route ou vtt).
    Voulant reprendre la compétition après 8 ans d’arrêt à l’occasion de mon passage en V3 (j’aurais préféré passer junior…), j’ai décidé de maigrir:
    résultat: 62 kg en décembre 2013! et évidemment les perfs suivent.
    Je prépare les 10km du Pontet (84) où j’espère passer sous la barrière des 37mn.
    Comment j’ai fait? C’est très simple,
    j’ai rajouté 2 entraienements par semaine, et surtout j’ai arrêté de me resservir à table. Je me suis en effet aperçu que je faisais 2 repas à chaque repas en mangeant 2 fois de tout: entrée, plat, dessert!!!
    Voilà, c’est difficile mais possible. Ah oui, j’oubliais, j’utilise une assiette plus petite comme ça, même en le sachant, j’ai l’impression d’être bien servi…
    Bonne chance à tous!

  • JEZABEL dit :

    Je fais attention à ce que je mange.Je privilégie les viandes blanches, au rouge.
    Je limite les matières grasses ajoutées (St Hubert oméga 3, huile d’olive principalement).
    Je mange peu de plats préparés (surgelés surtout).

  • Soulslide dit :

    Cet article est indigne d’un site proposant des conseils. Désolé mais quasi n’importe quel site de musculation est mieux doté en recommandations et préconisations. Déçu par ce post!

  • >