Courir son premier Ultra Trail

Comment préparer un Ultra Trail de 160 kilomètres, type Mont Blanc ou Barkley, course qui se déroule dans le Tennessee aux Etats-Unis et qui est réputée pour être la plus difficile du monde. Course dont on dit souvent d’ailleurs qu’il est impossible d’aller au bout …

Quelques conseils.

PHOTO par BeatPitch / CC BY 4.0
Départ de l’Ultra Trail du Mont-Blanc

Endurance

Il faut d’abord avoir à l’esprit que sur une telle distance, ce n’est pas votre vitesse qui vous amènera au bout, mais votre endurance. Si vous êtes adepte du 42k et que vous êtes à un niveau où vous cherchez toujours à aller plus vite, dites-vous qu’en l’Ultra Trail, il n’y a seul objectif : aller au bout !

La marche

Une clé est de ne pas négliger la marche qu’il faudra intégrer à votre entrainement : si marcher avec des bâtons semble simple, en réalité, il vous faudra apprendre à marcher avec ces maudits bâtons ! Alors oui, il est permis de marcher, il est même recommandé de faire des petits breaks pendant la course. On court pendant de longues heures, alors cela permet de reprendre sa respiration et de remettre les compteurs à zéro.

Préparez ses « climbing muscles »

En Ultra Trail, le terrain fait qu’il n’y a pas que vos jambes qui courent : c’est tout le corps qui travaille en effet. Vous devez donc faire travailler vos muscles en conséquence (cross fit, squat etc.). Les ultra runners insistent d’ailleurs beaucoup sur la « verticalité » de leur entrainement. Oubliez les itinéraires plats sur le bitume et privilégiez le dénivelé : l’entrainement en côte est en effet primordial pour que vos muscles s’y habituent. L’ultra runner canadien Gary Robbins, témoignait récemment que lors de son entrainement pour la Barkley, il ne court pas beaucoup mais privilégie en revanche la randonnée en terrain abrupt. C’est en privilégiant un terrain escarpé que vous préparerez vos « climbing muscles »!

La bonne nouvelle, c’est que la variété du terrain est meilleure pour votre corps que la répétition des foulées sur le bitume.

Altitude, climat et conditions météo

PHOTO par Michael Hodge / CC BY 2.0
Départ de la Barkley (Tennessee) en 2009.

S’acclimater est important. Il faut non seulement habituer votre corps au terrain mais aussi à l’altitude. Ne négligez pas l’équipement, essayez plusieurs vêtements pour vous s’assurer d’être complètement confortable. Une course comme le Mont Blanc ou la Barkley bat les coureurs mentalement, on parle effectivement d’enfer pour décrire ces courses. Et l’enfer, c’est aussi la météo !

Un parcours seul face à soi même

Ne pas se donner d’objectif de temps, c’est le conseil numéro, car à nouveau, il n’y a qu’un seul objectif : aller au bout. Et pour cela, un seul mot d’ordre : endurance et mental d’acier. Pour Robbins, la course est 60% physique mais 100% mentale.

Inspirez-vous des experts, aujourd’hui, les pros nous livrent leurs secrets sur Masterclass, ce n’est pas une mauvaise idée de suivre leurs conseils : Serena Williams vous enseigne les secrets du physique au tennis, Daniel Negreanu la force mentale dans le poker, Steven Curry la vitesse du basketball. Pas encore d’ultra runner sur Masterclass mais en attendant, je vous conseille le documentaire, “Where dreams go to die” qui suit le canadien Gary Robbins lors de sa préparation à la Barkley.

Il insiste sur le fait de s’entrainer seul, en conditions réelles en somme, sans partenaire d’entrainement. L’ultra marathon c’est une course que l’on court seul face à soi-même. Il faut se préparer à être 100 % autonome, c’est l’une des clés de l’ultra marathon.

Gary Robbins a tenté la Barkley par deux fois. Après un échec en 2016, il s’est lancé à nouveau l’année suivante. Rappel : la Barkley, c’est 60 heures pour un parcours de 160 kms. En 2017, alors qu’il était presque au bout, il pense s’être égaré et réalise après la course qu’il était à 3 kms de l’arrivée. Il avoue être toujours hanté par cette expérience. Lors de la dernière édition, personne n’est arrivé au bout !

Courir en pleine conscience

Comme on vient de le voir, la moindre petite erreur peut être fatale. Courir sur sentier, signifie que le terrain peut nous surprendre à tout moment. Une telle course requière une attention permanente pour gérer les dénivelés, les pentes, les parois rocheuses, les passages étroits dangereux, le climat, les conditions extrêmes etc. Il faut donc courir en pleine conscience ce qui veut dire être dans le moment présent.

Liberté et communion avec la nature

On parle d’enfer mais il faut aller bien au-delà : ces courses donnent un sentiment de liberté et une communion avec la nature incomparables. Une fois lancé, on veut à tout prix voir « jusqu’où on peut aller ». Un challenge face à soi-même, qui nous apprend sur nous-même et nous offre une expérience spirituelle, quasi mystique, unique.

Bonne chance !

Avez-vous gardé des bons souvenirs de votre premier Ultra Trail ? Ou des mauvais ? Partagez votre expérience dans les commentaire ci-dessous !

Si cet article autour du premier ultra trail vous a plu, partagez-le sur Facebook, Twitter ou Google+

Vous pouvez aussi devenir un coureur privilégié en recevant notre guide gratuit en cliquant ci-dessous :

Par Jean-Marc Enguiale, entraineur FFA 1er niveau et Triathlon BF5, TC du BEES, formation de base nutrition certifiée CPD.10 clés livre 3D
Créateur du Mag des Coureurs, et du pack Runner & Trailer.

 

Recevez GRATUITEMENT les 10 commandements du coureur avec notre newsletter

Et de nombreux conseils et astuces : entrainement, nutrition, matériel.

 

 

bannière336x280-10cles

Entrainement-trailer-336-x-280

Et les mots clés associés à l’article : ultra trail – ultra trail 2018 – ultra trail france 2018 – ultra trail france 2019 – ultra trail francais – preparation ultra trail

Please follow and like us:
onpost_follow 0
Please follow and like us:
0

About the Author Jean Marc

Coureur et trailer avec une expérience de plus 25 ans d'expérience. Entraineur FFA 1er niveau et Triathlon BF5. TC du BEES. Formation de base nutrition certifiée CPD. Nous souhaitons vous aider à progresser en course à pied, à franchir un cap et à ressentir les bienfaits de cette pratique sportive.

Leave a Comment:

x